Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 06:00
Le Temple de la Littérature à Hanoï

Le vieux quartier de Hanoï a gardé le charme des commerces vietnamiens. Le rouge est souvent la couleur dominante. . On y croise des jeunes femmes portant de façon traditionnelle des fruits et légumes dans des paniers suspendus.

Le Temple de la Littérature à Hanoï

C'est en pousse-pousse que nous avons parcouru ces rues du vieux quartier pour arriver devant le temple de la Littérature.

Le Temple de la Littérature à Hanoï

La triple porte d'entrée est blanche et porte l'inscription : " Debout pied-à-terre ".

C'est dans ces bâtiments que les fils de sang royal, fils de mandarins et de l'aristocratie, poursuivaient leurs études pour devenir lettrés et hauts fonctionnaires. La règle se basait sur l'enseignement de Confucius.

L'enseignement y fut dispensé de 1076 à 1915.

Le Temple de la Littérature à Hanoï

Le temple compte 5 cours intérieures. Dans la deuxième cour,  le pavillon de la Constellation de la Littérature en rouge,  symbolise l'élévation vers le ciel.

Le Temple de la Littérature à Hanoï

Dans la troisième cour ce même pavillon se mire dans le Lac de la Clarté Céleste qui lui symbolise la Terre.

Le Temple de la Littérature à Hanoï
Le Temple de la Littérature à Hanoï

Dans la quatrième cour se trouve le pavillon de cérémonie. On y trouve un bel autelConfucius est entouré de quatre de ses disciples. La statue de la grue ( à droite ) favorise la montée vers le ciel.

 

La cinquième cour est réservée à l'académie des Fils de la Nation. Ce qui veut dire que c'est là que se trouvent les salles de cours et les dortoirs des étudiants.

Le Temple de la Littérature à Hanoï

Après cette visite philosophique nous avons décidé de nous plonger dans la vie contemporaine des habitants de la ville. Pour cela nous nous sommes rendus au marché Dong Xuan où nous avons pris un bain de foule.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 06:00
Sauvée par le bonze.
Sauvée par le bonze.

C'est notre dernier jour au Viet Nam. Nous pouvons visiter la ville de Hô-Chi-Minh-Ville en toute liberté.  Nous passons devant la Poste centrale pour acheter les derniers timbres.

Rhô  l Le coup de l'éponge humide pour coller le timbre ! 

Par contre le bâtiment est très beau . Il a été conçu par Gustave Eiffel.

Sauvée par le bonze.
Sauvée par le bonze.

Au centre de Hô-Chi-Minh-Ville se dresse la cathédrale Notre Dame de Saïgon. Elle fut construite par les français de 1877 à 1880 . Elle est de style néo-roman. Ses deux clochers carrés sont surmontés de flèches de 40 m de haut. .Elle fut construite en briques venues de Marseille. Elle n'était pas ouverte.

Devant la cathédrale se dresse une statue de la Vierge  ( 1959 )

Sauvée par le bonze.

Nous sommes aussi allés dans le marché  chinois : Cholon, un district de Saïgon.

Nous passons dans l'allée du riz : il faut en acheter de grosses quantités !

Sauvée par le bonze.

Nous avons fait une promenade en pousse-pousse au milieu d'une incroyable circulation de mobylettes et scooters

Sauvée par le bonze.

Comme il nous restait un peu de temps libre, nous sommes entrés dans un parc verdoyant où nous avons trouvé un banc pour nous poser et observer.

C'est alors qu'un jeune moine est venu s'installer à quelques pas de nous, il s'est assis en tailleur et a posé devant lui une demi-noix de coco évidée : c'était son jour de mendicité pour nourrir sa communauté ( ils le font chacun leur tour ). Peu de temps après il commence à se passer le pouce tendu sur le cou de gauche à droite en pointant le menton vers nous. Au bout de la troisième fois je dis à mon amie : " Il veut nous dire que nous n'avons rien mis dans sa noix....donc qu'il va nous couper le cou ! "

Fou-rire pour nous, ce qui a déclenché une grande agitation du moinillon qui pointait l'index dans notre direction. Mue par je ne sais quel instinct je me suis retournée juste pour voir s'enfuir à toute vitesse un jeune homme. Il nous revint alors en mémoire les avertissements du guide : des cambodgiens n'hésitaient pas pour détrousser les touristes à arracher les oreilles pour s'emparer des boucles et à serrer le cou pour tirer le collier qui brille un peu trop ! Or mon amie portait une jolie chaîne de cou et moi des créoles.

Réalisant que nous venions de l'échapper belle grâce au bonze, nous n'avons pas hésité. C'était notre dernier jour au Viet Nam et les devises du pays ne pouvaient pas être ramenées en France, tant pis pour les derniers achats à l'aéroport. Nous avons rassemblé les billets et pièces qui nous restaient sans les compter, nous nous sommes levés et en passant devant lui nous les avons rapidement déposés dans sa noix de coco. Tandis que nous nous éloignions le bonze a commencé à nous bénir. Arrivés à la sortie du parc nous le vîmes nous bénir encore. 

Nous ne le savions pas, mais nous allions en avoir besoin de sa bénédiction pour notre retour !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage anecdotes
commenter cet article
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 06:00
Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Je suis souvent au Viet Nam par la pensée . Je ne vous dirai rien aujourd'hui de notre séjour idyllique à Hoï an dans cet hôtel entre océan et rivière avec un raffinement paradisiaque. Non, j'ai envie de vous parler du principal but de notre séjour là-bas : les tunnels de Cu Chi.

En arrivant sur place, la maigre végétation nous refait penser aux défoliants déversés par les américains : ils étaient efficaces !

La descente dans le labyrinthe souterrain fut le moyen efficace trouvé par les vietnamiens pour se défendre. Une des entrées  ( ou sortie ) est ouverte au sol !

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi
Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Des accès sont complètement dissimulés sous les feuilles mortes du chemin. C'est pour nous la grosse surprise !

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Nous voilà devant l'entrée ! Claustrophobes s'abstenir !

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi
Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi
Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Créés par les Viet Minh sous l'Indochine française  ( 20 km ) les tunnels se sont développés lors du conflit américano-vietnamien jusqu'à faire plus de 200 km de long.  Les galeries font en moyenne 1 m de haut pour 50 cm de large. il est impossible de se croiser ( ils avaient dû instaurer un sens unique ? ). A genoux la tête touche le plafond. Par endroits il faut carrément se coucher et ramper à la force des coudes . Et puis il y a eu ce dénivelé et pas d'escalier pour accéder à la suite. Mes jambes étaient trop petites pour franchir l'obstacle. L'Hom marchait  ou plutôt rampait devant et tentait en vain de me tirer par les poignets. C'est alors que le monsieur derrière moi m'a soulevée par les fessiers. Mortifiée mais polie j'ai lâché un "merci" auquel il répondit " tout le plaisir était pour moi " ! Je n'ai même pas pu me retourner pour le fusiller du regard !!!

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Tout au long du parcours nous avons découvert l'organisation d'une vie souterraine incroyable. Des salles de réunion étaient prévues. L'aération et la sortie des fumées de cuisine étaient déviées de telle sorte que les observateurs ne pouvaient jamais savoir où étaient les vietnamiens.

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Des sorties de secours avaient été aménagées pour les touristes fatigués ou angoissés. Par curiosité et aussi par orgueil je suis allée au bout du parcours. A la sortie , laborieuse parce que étroite , le guide et les prudents restés à attendre dehors se sont mis à applaudir. Je sus alors que ces ignobles avaient fait le pari qu'à mon âge je n'irais pas jusqu'au bout ! Il ne faut jamais sous-estimer Petitgris ! Mais je confesse que la tasse de thé gracieusement offerte à la sortie fut la bienvenue ! En regardant autour de nous, nous avons constaté que la nature reprenait très lentement ses droits . Mais pas de sous-bois encore : le sol reste net ! L'absence d'insecte aussi est surprenant !

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Une bouche d'aération a été ici camouflée en termitière.

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Tout le long des pièges, tous plus sophistiqués les uns que les autres, étaient disposés. Personne n'a pu en ressortir vivant, il y avait une espèce de raffinement pour atteindre le but : la mort !

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Après la visite un petit musée montre toutes les sortes de pièges utilisés  ( je vous en fais grâce ! )  et des mannequins évoquent les réunions pour discuter de la suite des opérations.

Au Viet Nam, dans les tunnels de Cu Chi

Une maquette montre une coupe du terrain avec les galeries.

Je suis vraiment contente d'y être allée !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 06:00
Le Kamchatka : mon rêve impossible !

A l'extrême est de la Sibérie il est une presqu'île de 1250 km de long sur 450 km de large qui n'est ouverte au tourisme que depuis 1990. Le Kamchatka est une péninsule volcanique russe qui s'avance dans l'océan Pacifique. La péninsule est montagneuse , elle possède des lacs . Paradisiaque allez-vous me dire. mais observez les fumerolles  : elle est volcanique.

Le Kamchatka : mon rêve impossible !

La presqu'île compte environ 250 volcans dont 29 sont actifs !

Le Kamchatka : mon rêve impossible !
Le Kamchatka : mon rêve impossible !

Une partie de ses volcans est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1996. Sur ce territoire grand comme la France il n'y qu'une seule route. Les déplacements se font souvent en hélicoptère  ce qui permet en plus d'admirer le paysage.

Le Kamchatka : mon rêve impossible !

Après une éruption, le paysage est brûlé. Il faudra du temps pour que la nature reprenne ses droits .

Le Kamchatka : mon rêve impossible !
Le Kamchatka : mon rêve impossible !
Le Kamchatka : mon rêve impossible !

La presqu'île compte aussi de nombreux geysers et des sources d'eau chaude.

Le risque sismique y est très fort. En 1952 un tremblement de terre de magnitude 9 y avait été enregistré .  En 2006 il était de 7,9.

Le Kamchatka : mon rêve impossible !

Dans le centre de la péninsule la vallée des geysers était l'endroit où se rendaient les touristes. En 2007 elle fut grandement endommagée par un important glissement de terrain.

Le Kamchatka : mon rêve impossible !

Les montagnes du Kamchatka ont de 1500 à 4870 m de haut. La péninsule est couverte de neige et de glace 10 mois par an. Pour y aller choisir juillet et août.

Je suis allée voir le site des voyagistes qui proposent un séjour de 13 jours pour 8450€ au départ de Moscou. Prévoir 1000€ de plus pour le vol aller-retour Moscou- France. Le voyagiste explique que c'est le coût de l'hélicoptère sur place qui fait monter les prix .

Le Kamchatka : mon rêve impossible !

La faune y est importante. La quantité d'ours bruns fait la célébrité de la presqu'île.

Le Kamchatka : mon rêve impossible !
Le Kamchatka : mon rêve impossible !
Le Kamchatka : mon rêve impossible !

Les ours profitent de la présence dans les eaux d'une grande variété de saumons pour y faire des pêches fructueuses.

Seriez-vous tentés par ce voyage ? Ou comme moi, vous contenterez-vous d'en rêver ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage Rêve
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 06:00
Au fil du Danube .

C'est à Budapest que nous embarquons à bord du bateau de croisière : le Beethoven.

Il est à quai sur le Danube. A l'ouest nous avons Buda et à l'est Pest  qui ont été réunies pour former la capitale de la Hongrie.

Au fil du Danube .
Au fil du Danube .

Le bateau est à taille humaine : 110 m de long et 11,40 m de large. Les cabines sont confortables et il comporte de sympathiques salons où se délasser. Il peut accueillir 180 passagers et compte 35 membres d'équipage.

Au fil du Danube .
Au fil du Danube .

Nous restons à bord, ravis d'être enfin sur le beau Danube bleu. Ce fleuve  sert de trait d'union entre les deux parties de la ville jadis séparées.

Au fil du Danube .

Nous partons en fin de journée  ce qui nous permet de voir la ville illuminée.

Au fil du Danube .
Au fil du Danube .

La première escale se fait en Slovaquie dont la capitale est Bratislava. Jolie ville dont la statue la plus célèbre est le badaud , un égoutier sortant de la bouche d'égoûts.

Au fil du Danube .

Nous arrivons en Autriche dans la célébrissime Vienne. Le palais impérial nous nous contentons de passer devant car j'avais eu l'occasion de le visiter lors d'une semaine viennoise.

Au fil du Danube .
Au fil du Danube .

Nous avons choisi d'aller à Hietzing où se trouve le Schönbrunn qui fut la résidence d'été de la famille impériale.. Son parc à la française fut dessiné en 1695 par un élève de Le Nôtre , Jean Tréhet.

Au fil du Danube .

Parcourir la vallée de la Wachau est un ravissement. La jolie ville de Durnstein est surtout célèbre parce que le roi Lion Coeur de Lion y fut retenu prisonnier par le duc Léopold V de Babenberg lors de la troisième croisade.

Au fil du Danube .
Au fil du Danube .

Doucement nous arrivons en Basse Autriche, à Melk. La ville possède une abbaye qui possède une bibliothèque remarquable. Le narrateur du livre Au nom de la Rose  de Umberto Eco , est originaire de cette abbaye.

Au fil du Danube .
Au fil du Danube .

La ville de Grein est surnommée la perle du Studengau.

Au fil du Danube .

Lors d'une escale à Linz au nord de l'Autriche, il ne faut pas manquer d'aller sur la place principale. L'architecture y est baroque. La colonne de la Trinité date de 1723 , elle mesure 20 m de haut et est en marbre blanc. c'est l'emblème de la ville.

Au fil du Danube .

Ces maisons sur fond de verdure annoncent la fin de notre croisière. Nous arrivons à Passau en Allemagne , plus précisément en Bavière. Il nous faut à regret quitter Beethoven, un bateau que j'ai beaucoup aimé. D'ailleurs c'est pour cela que j'ai fait le minimum de visites pour profiter au maximum de la vie à bord.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 06:00

Des amis sont allés en Bolivie et nous avons échangé nos photos  Bolivie / Pérou

A travers la Bolivie .

Les îles de roseaux ont été crées dès le XIIIème siècle par le peuple Uros qui disparut en 1959. Ces Uros vivaient près de Tiwanaku en Bolivie et se sont réfugiés sur le lac Titicaca pour échapper aux Incas. Il y a des îles Uros en Bolivie et au Pérou.

A travers la Bolivie .

Le détroit de Tiquina relie les deux masses d'eau qui composent le lac Titicaca. Il a une largeur de 780 m . Il est sur l'itinéraire reliant Copacabana à La Paz.

A travers la Bolivie .

Isla del Sol est la plus grande île du lac Titicaca. Une légende dit qu'elle serait le berceau de l'empire Inca. Sur cette île il faut payer pour emprunter les chemins qui la traversent : 3€ / pers

A travers la Bolivie .

A 5 km de la frontière du Pérou , à 3800 m d'altitude, sur le lac Titicaca, la grande et belle plage de sable de Copacabana

A travers la Bolivie .

Sur la place du village de Copacabana la grande basilique abrite la Vierge Noire à qui les boliviens vouent un culte.

A travers la Bolivie .

Dans un canyon qui marque la fin de l'Altiplano, entre 3200 et 4000 m, La Paz est la capitale la plus haute du monde.

A travers la Bolivie .

Le palais Quemado de La Paz est le palais gouvernemental. il est de style néoclassique .

A travers la Bolivie .

Chojahuaya est une estancia de La Paz. à 2482 m d'altitude.

A travers la Bolivie .

Au centre de la photo une hacienda dans la vallée de la Lune . A 10 km de La Paz ces pics rocheux sont le résultat de l'érosion  de la partie supérieure d'une montagne.

A travers la Bolivie .

Entre La Paz et Sucre , sur les rives du lac Uru Uru , la ville minière de Oruro.

Cette région était riche en minerais ( argent, étain, plomb ) mais ils sont épuisés . de nos jours Otuto est un carrefour ferroviaire et se tourne vers le tourisme.

A travers la Bolivie .

La région de Cochabamba est le pays de la pomme de terre. . Dans la ville de Cochabamba se trouve le siège du Parlement des Nations Sud Amérique. Altitude 2570 m.

A travers la Bolivie .
A travers la Bolivie .

A Cochabamba un téléphérique emmène ses passagers jusqu'à la statue du Christ de la Concorde

A travers la Bolivie .

Non loin de Cochabamba, la ville de Tunari est au pied d'une chaîne de montagnes qui fait 5023 m.

A travers la Bolivie .

A Santa Cruz de la Sierra , la cathédrale de san Lorenzo est du XVIème siècle.

A travers la Bolivie .

Sucre est la capitale historique et constitutionnelle de la Bolivie. Voici la maison de la Liberté où a été signée l'Indépendance du pays en 1825. Sucre est une ville aux maisons blanches et aux toits de tuiles.

A travers la Bolivie .

Au sud ouest de la Bolivie se trouve le très grand désert de sel : le salar. Colchani est le village qui permet le principal accès au salar . Le village vit de l'exploitation du sel.

A travers la Bolivie .

Non loin de là, la ville de Uyuni est le plus grand carrefour ferroviaire de Bolivie. Elle se situe à 3670 m d'altitude. Son grand projet est d'installer une usine d'exploitation du lithium dans le salar. Sur la photo le mémorial des travailleurs de métaux.

A travers la Bolivie .

C'est à Uyuni que se trouve un cimetière de trains.

A travers la Bolivie .

Au sud de la Bolivie la ville de Tupiza à 2850 m , est un excellent point de départ pour aller visiter le salar.

A travers la Bolivie .

A 3447 m d'altitude la ville de Villazon est à la frontière argentine.

Cette ville vit grâce à ses nombreux commerces légaux mais aussi de contrebande .

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 06:00
Les belles églises russes

Une magnifique église orthodoxe russe à saint Petersbourg : l'église du Sauveur du sang versé. Son vrai nom est l'église de la résurrection du Christ. Elle a été construite sur l'emplacement même où fut assassiné le 13 mars 1881 le tsar Alexandre II. C'est à cause de cette tragédie qu'on l'appelle ..." du sang versé ". Commencée en 1883, sa construction ne s'achèvera qu'en 1907.

Les belles églises russes

Elle est aussi belle à l'intérieur qu'à l'extérieur. Durant la période soviétique elle a subi d'importantes dégradations. Après la révolution russe elle fut utilisée comme entrepôt. 30 années furent nécessaires pour achever sa restauration.

Les belles églises russes
Les belles églises russes

Ses murs sont entièrement recouverts de mosaïques aux motifs religieux. De nos jours les offices religieux y sont rares. Elle est le passage obligé des touristes qui viennent voir à la fois un musée de la mosaïque et un monument dédié à la mémoire de l'empereur assassiné.

Les belles églises russes

Non loin du Kremlin, la cathédrale saint Basile à Moscou. Elle fut construite en 1555 à la demande du tsar Ivan le Terrible. C'est un joyau de l'architecture mondiale.

Les belles églises russes

Selon la légende Ivan fit arracher les yeux de l'architecte en charge de la construction pour que jamais il ne puisse en reconstruire une autre pareille ou plus belle.

Les belles églises russes

Généralement connue sous le nom de cathédrale saint Basile son véritable nom est la cathédrale de l'Intervention de la Mère de Dieu.

Les belles églises russes

La cathédrale du Christ Sauveur à Moscou. Lorsqu'en 1812 les troupes françaises furent expulsées de Russie, le tsar Alexandre I la fit construire pour exprimer à la Divine Providence la gratitude du peuple russe de l'avoir sauvé du désastre que cela aurait provoqué si Napoléon s'était emparé de la Russie.  Sa construction dura 44 ans. le 20 mai 1883, le jour du couronnement d'Alexandre III  elle fut ouverte au culte.

photo  officielle

photo officielle

Le 5 décembre 1931 elle fut dynamitée sur l'ordre de Staline . A sa place Staline voulait le palais des Soviets qui devait abriter une statue de Staline de 100 m de haut. Ce projet ne fut jamais réalisé.

Les belles églises russes
Les belles églises russes

La construction de la nouvelle église débuta en 1994. Elle est en tous points semblable à celle que Staline fit détruire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 06:00
Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Lors de notre entrée à Arequipa , la ville blanche, nous avons croisé les têtes de lamas curieux. Toujours à l'affût ces camélidés laineux .

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Les lamas étaient déjà connus des Incas. Ils servaient de bête de somme ( petites charges ) mais aussi de compagnons car ils s'habituent vite à l'homme. Sur l'altiplano les enfants avaient les bébés lamas en guise de poupée vivante . A Arequipa le lama est surtout élevé pour sa laine.

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Une variété de lama : l'alpaga, fournit une fibre  très haut de gamme , plus douce, plus chaude, plus résistante et plus légère que la laine de mouton. Le luxe suprême est la laine du baby alpaga ! Nous sommes allés dans une boutique spécialisée en lainages destinés aux meilleures enseignes françaises. J'ai pu y acheter des lainages haut de gamme pour le prix d'un pull dans nos grandes surfaces. A Paris, il était vendu 10 fois plus cher si pas plus ! Il nous a été demandé de ne pas prendre de photos...dommage ! J'ai dû acheter une valise supplémentaire pour rentrer en France !

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Les péruviennes ne mendient pas , elles proposent de petites poupées artisanales faites main pour pouvoir subsister .

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.
Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.
Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Nous avons logé dans un ancien monastère. les chambres y étaient grandes et possédaient le confort nécessaire .

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.
Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

De la fenêtre de la chambre, nous avons une vue sur le volcan Misti qui est entré en éruption il y a tout juste 1 an. Misti est situé à 17 km de Arequipa.

L'autre volcan est le Chachani. 6057 m d'altitude.

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Le chapeau de la péruvienne est une tradition. Elle le porte tous les jours , sa forme indique souvent la région d'où vient la femme.

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Lors de la visite du couvent Santa Catalina l ( une véritable petite ville au centre de Arequipa ) la guide portait une jolie tenue traditionnelle.

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

Assise au bord de la route, cette péruvienne mastiquait consciencieusement . Avec l'aide d'une guide nous avons pu l'interroger. Elle mastiquait des feuilles de coca : mama inala en quechua. La plante est bien celle d'où l'on extrait la cocaïne.  La dame nous a expliqué que pour que la mastication soit bénéfique il fallait se mettre un petit caillou en même temps dans la bouche . La guide pense qu'il y avait réaction entre les feuilles et le caillou spécial.

Je ne peux pas vous dire quels en sont les effets, je n'ai pas voulu essayer .

Quand je me souviens de Arequipa au Pérou.

C'est à regret que nous quittons la ville blanche ! J'aurais aimé y séjourner davantage !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 06:00
Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Le lendemain de notre course en buggy dans les dunes de sable du Pérou, nous avons repris la route . Nous traversons une zone désertique et la visibilité n'est pas très bonne. Le guide nous explique qu'il y a eu durant la nuit un séisme assez fort  ( je n'ai rien senti ! ) et qu'il se peut que nous ayons des problèmes. Nous roulons sur la mythique Panaméricaine, la route qui traverse les Amériques de l'Alaska à la Terre de Feu, de Fairbanks à Ushuaïa !

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Nous ne tardons pas à nous apercevoir que le sable des dunes est venu s'étaler en une épaisse couche sur la panaméricaine. Le bus est contraint de s'arrêter. Il faut attendre que les ouvriers dégagent la route.

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.
Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Un engin racle le sable de la même façon que le chasse-neige chez nous.

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Au loin nous voyons arriver un camion qui a voulu à tout prix passer. Il avance au milieu d'un tourbillon de sable .

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Après deux heures d'attente, notre bus est autorisé à reprendre la route.

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

La panaméricaine longe l'Océan Pacifique mais nous nous élevons, ce qui permet des photos    " vues de haut " !

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.
Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Nous arrivons dans un désert beaucoup plus pierreux. Nous quittons momentanément la panaméricaine pour descendre au bord de l'océan où se trouve le restaurant qui nous attend pour le déjeuner. C'est un établissement qui est seul, au creux d'une crique.

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Nous allons au bord de l'eau ; la mer semble calmée. Pourtant le restaurateur est catastrophé car il n'est pas en mesure de nous servir le plat de poissons qui était prévu. Pendant le séisme les poissons ont pris le large et les pêcheurs sont rentrés bredouilles.

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Il a préparé un buffet fort sympathique qui a fait notre bonheur.

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Bien restaurés nous reprenons la route à travers le désert sur la panaméricaine.

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Nous passons parfois entre deux parois rocheuses. Cette route est surprenante !

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.
Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Des parcelles cultivées nous apprennent que nous ne sommes plus loin d'une zone habitée .

Bloqués par le sable sur la panaméricaine.
Bloqués par le sable sur la panaméricaine.

Notre prochaine étape est Arequipa la ville blanche ainsi nommée car beaucoup de ses constructions sont faites à partir d'une pierre volcanique blanche. Elle se situe à une altitude de 2335 m .

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 06:00
Le monde à portée de main

Lorsque je suis en voyage j'aime ramener chez moi des objets qui me rappellent des scènes de la vie du pays visité.  Je privilégie des objets petits, pas très encombrants, pas trop fragiles et qui peuvent supporter le transport en avion ou bus.

Cette porteuse du VietNam est ma préférée . Je l'ai chaque matin devant moi en buvant mon premier café ! L'artisan qui l'a sculptée travaillait devant nous avec une dextérité surprenante.

Le monde à portée de main
Le monde à portée de main
Le monde à portée de main

Encore le VietNam . Cette fois les paysages et scènes de la vie courante sont sur des tissus brodés à la main par les jeunes filles d'un orphelinat. En acheter était aussi une bonne action. Je les ai mis sous verre et les regarde souvent.

Le monde à portée de main

Du Maroc j'ai ramené cette assiette d'argent toute incrustée. Là aussi l'artisan travaillait devant nous , C'est je crois la raison première de notre achat ! J'ai aussi acheté là-bas un grand tapis touareg  mais je l'ai fait voyager à part, ne serait-ce que pour le passage en douanes.

Le monde à portée de main

De Tunisie, j'ai cette grosse rose des sables .

Le monde à portée de main
Le monde à portée de main

En Inde j'ai craqué pour ce dromadaire ; elle est taillée de telle sorte que l'on voit le petit qu'elle porte. J'ai aussi acheté cette boîte à thé qui à l'origine était remplie d'un thé parfumé !

La dromadaire est posée chez moi sur un vide poche provenant d'une cristallerie de Nouvelle Zélande : merci aux enfants !

Le monde à portée de main

Ganesh aussi vient d'Inde .

Le monde à portée de main

De Faro au Portugal j'ai ramené ce bougeoir offert par le maître de Shiatsu qui nous a fait des massages vraiment bienfaisants.

Le monde à portée de main
Le monde à portée de main

De Russie les immanquables matriochkas  ainsi qu'une petite corbeille et un sous-plat .

Le monde à portée de main
Le monde à portée de main
Le monde à portée de main

Mes petits trésors sont dans des vitrines de verre avec miroir à l'arrière d'où la galère pour les photos. Elle contiennent des cailloux plus ou moins précieux , des petites statuettes etc... Afin de ne jamais oublier, j'ai glissé le nom du lieu où je les ai ramassés  sous eux. Dans des petits pots le sable lointain que j'ai eu l'occasion de fouler aux pieds. Sur la seconde photo des poteries péruviennes à côté de la vitrine ainsi qu'un tigre en serpentine venu d'Inde. A côté de la première des statues mexicaines et au premier plan devant , des fleurs séchées du Spitzberg.Devant la troisième vitrine un mafioso sicilien entouré de nos bracelets mexicains porte-bonheur.

Quand j'ai le moral qui flanche, un petit coup d'oeil à ces trésors et ça repart , c'est beaucoup plus efficace qu'un Mars !  lol

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lesvoyagesetmoi
  • : Aimer voyager c'est aussi aimer partager. Mais je voudrais aussi vous parler de mes coups de coeur ...
  • Contact

Hellocoton

a href="http://www.hellocoton.fr/mapage/petitgris" title="Suivez-moi sur sur Hellocoton">Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Petitgris sur Hellocoton

Recherche