Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 06:00
Une visite sur Avery Island en Louisiane

Avery Island est l'une des cinq collines du delta du Mississipi. Elle est exclusivement constituée par le sel déposé par la mer durant des milliers d'années.

Nous commençons la visite par la visite des jardins tropicaux. le sieur Mac Ilhenny y a créé une réserve d'aigrettes. Elles sont là !

Une visite sur Avery Island en Louisiane
Une visite sur Avery Island en Louisiane

Il était vraiment agréable de les regarder  s'il n'y avait eu ces impressionnantes nuées de moustiques voraces. Une employée nous courait après pour nous asperger de brume anti-moustiques !

Une visite sur Avery Island en Louisiane

La promenade nous fait découvrir des arbres géants où pend une végétation qu'ils appellent la mousse espagnole .

Une visite sur Avery Island en Louisiane
Une visite sur Avery Island en Louisiane

Plusieurs étangs à l'eau calme, parfois troublée par un sillon laissé par le crocodile. Vous le voyez au premier plan sur la première photo ? Pour ceux qui n'y croyaient pas; deux d'entre eux sont sortis sur les berges pour enlever le doute . Il paraît que ces bêtes courent vite ....personne n'a osé se mesurer à eux pour un 100 m !

Une visite sur Avery Island en Louisiane

Avery Island ou encore l'île de Petite Anse est une terre propice à la culture du piment.

Une visite sur Avery Island en Louisiane
Une visite sur Avery Island en Louisiane

C'est là que se trouve l'usine de fabrication de la sauce Tabasco depuis 1868.

Une visite sur Avery Island en Louisiane

Dans un premier temps la maturation des piments mûrs à point se fait dans des tonneaux de chêne durant 3 ans, le temps qu'ils fermentent

Une visite sur Avery Island en Louisiane
Une visite sur Avery Island en Louisiane

Au bout des 3 ans les piments sont réduits en purée et laissés macérer avec agitation durant 28 jours avec du vinaigre et du sel de l'île. La sauce sera alors mise en bouteilles .

Une visite sur Avery Island en Louisiane
Une visite sur Avery Island en Louisiane

Le piquant  du piment est due à sa teneur en capsaïcine, la molécule responsable de la force du piment. Cette force est mesurée par l'échelle de Scoville depuis 1912. Le marché central de Houston donne une idée amusante de cette échelle. Le tabasco vert est estimé à 1000, le rouge entre 2500 et 5000. Le tabasco le plus fort est à 8000.

Mais ce n'est pas le plus fort puisque le piment habanero , qui entre dans la cuisine yucatèque, est entre 100 000 et 350 000 !

Une visite sur Avery Island en Louisiane

Passage obligé : la boutique où l'on trouve toutes les sauces mais aussi les tee-shirts et autres souvenirs universels marqués Tabasco .

Une visite sur Avery Island en Louisiane

Sur l'île, un parc à la végétation luxuriante : " Parque Musco de la Venta" présente des pièces de la première civilisation du Mexique : les olmèques, 1500 à 400 ans avant JC. Nous savons peu de choses à leur sujet mais ils ont laissé ces têtes colossales taillées dans un bloc de pierre unique de basalte volcanique et pesant de 25 à 55 tonnes. 

Une visite sur Avery Island en Louisiane

En partant nous apercevront des arbres de Noël. Ce sont des puits de pétrole prêts à fonctionner si l'or noir venait un jour à manquer chez les actuels fournisseurs. En attendant ils sommeillent !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 06:00
Les missions de San Antonio au Texas.

Dans le sud du Texas, sur une portion de 12,4 km dans le bassin de la rivière San Antonio , se trouvent cinq missions, avant-postes religieux du début du XVIII ème siècle. La couronne espagnole voulait coloniser, évangéliser et défendre la frontière nord de la Nouvelle Espagne.

Nous passons d'abord par la mission Conception, fondée par les franciscains espagnols en 1716. L'église fut achevée en 1755 , elle est l'exemple type de l'architecture coloniale espagnole.

Les missions de San Antonio au Texas.
Les missions de San Antonio au Texas.

Nous commençons une courte visite de la mission conçue pour que les occupants soient autonomes.

Les missions de San Antonio au Texas.
Les missions de San Antonio au Texas.

La façade et l'intérieur de l'église . Nous l'avons trouvée sobre.

Les missions de San Antonio au Texas.
Les missions de San Antonio au Texas.

C'est la seconde que nous devons visiter qu'il nous tarde de voir . C'est la mission Alamo souvent appelée Fort Alamo à cause des tragiques évènements qui s'y déroulèrent.

En 1836 l'armée mexicaine attaque la mission où 187 défenseurs texans se sont réfugiés. Ils retiennent l'armée mexicaine, 5000 soldats diront certains. Les 187 défenseurs succombent tous le 6 mars 1836 mais entre temps, le 02 mars 1836, le Texas a pu proclamer son indépendance ! Depuis la chapelle de la mission Alamo s'appelle le sanctuaire de la Liberté du Texas.

Les missions de San Antonio au Texas.
Les missions de San Antonio au Texas.
Les missions de San Antonio au Texas.

L'un des valeureux défenseurs, le dernier à mourir disent certains, fut Davy Crockett, il avait 49 ans.  Il est devenu une légende et sa casquette de trappeur est très célèbre.

Les missions de San Antonio au Texas.

Le vieux canon rappelle ce sanglant épisode.

Les missions de San Antonio au Texas.
Les missions de San Antonio au Texas.
Les missions de San Antonio au Texas.

Il reste des vestiges des installations dont disposaient les occupants des missions. Le gouvernement espagnol souhaitait établir des communautés socio-économiques autonomes.

Les missions de San Antonio au Texas.

Ce vieux puits sous le vieux chêne nous est apparu comme un havre de paix !

J'ai beaucoup aimé visiter cette mission. A la sortie, un immense magasin de souvenirs propose les habituels souvenirs. Je ne le fais pas souvent mais j'ai craqué pour les tee-shirts d'excellente qualité et au motif élégant. L'Hom n'a pas voulu partir sans la casquette Fort Alamo qu'il portera en non-stop jusqu'à ce qu'il l'oublie dans un avion de mexicain : encore à présent c'est un drame !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 06:00
En direct de la lune...ou presque !

Mes chers amis je vole... enfin je rêve que je vole.

C'est à la NASA de Houston que j'ai pu poser pour cette photo qui me fait rire !

Le Space Center de Houston est ouvert au public ( avec importants contrôles de sécurité à l'entrée ) depuis 1992.

En direct de la lune...ou presque !
En direct de la lune...ou presque !

La NASA est le National Aeronautics and Space Administration , c'est donc là que sont réunis tout ce qui concerne la conquête de l'Espace. Dès notre arrivée sur la site des fusées sont exposées : vol habité Apollo ?

En direct de la lune...ou presque !

D'autres semblent prêtes à être lancées !

Créée en 1958 la Nasa s'occupe du télescope Hubble, de la station spaciale internationale .

En direct de la lune...ou presque !

Un moment inoubliable : celui où  nous avons eu l'autorisation de pénétrer -dans le plus grand silence, pour nous installer debout, au fond - dans le centre de contrôle de mission de la navette spaciale au centre Johnson. Nous avons assisté en direct aux échanges terre-navette  et même si cela restait trop technique pour nous, c'était très impressionnant !

En direct de la lune...ou presque !

L'Hom n'a pas résisté au plaisir de piloter une navette ! Enfin,  un simulateur !

En direct de la lune...ou presque !

S'il fallait donner un mot pour qualifier les lieux : gigantesque ! Tout paraît démesuré ! Nous avons assisté à l'entraînement des futurs astronautes. Ici , il tente de s'habituer à l'apesanteur

En direct de la lune...ou presque !

Nous avons aussi vu quantités de reconstitutions de l'alunissage. La voiture ayant roulé sur la lune est sur la photo, derrière les cosmonautes mais l'éclairage ne permet pas de la voir  ( avec les vitres j'ai évité le flash )

Il nous est aussi possible d'entrer dans l'habitacle des fusées et de voir combien la place est exigüe par rapport à la complexité du tableau de bord !

En direct de la lune...ou presque !

Parmi tous les objets ramenés sur terre depuis l'espace, des morceaux de lune. Ceux-ci sont précieusement gardés et exposés dans une grande salle.

 

Nous avons aussi eu la description des différents costumes des cosmonautes.

Mon avis ? Claustrophobes s'abstenir !

 

Chaque fois que la télé parle de la navette internationale ou plus récemment de la découverte des 7  planètes , je repense à cette visite et je me dis : j'y étais ! J'imagine aussi la fébrilité qui y règne en cas de nouveaux évènements ! Fascinant pour moi ! Et pour vous ?

En direct de la lune...ou presque !

Il reste à l'Hom ce polo qu'il adore porter !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 06:00
Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

Pour nous mettre de suite dans l'ambiance nous sommes allés en premier à Pioneer Plazza à Dallas. Là,  70 vaches aux longues cornes -  longhorn - traversent la place et le ruisseau. Ces statues de bronze ont toutes une attitude différente et sont grandeur nature.

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "
Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "
Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "
Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

Le troupeau est gardé par trois cowboys. Ce troupeau a été commandé pour commémorer l'activité première des pionniers : l'élevage des vaches.

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "
Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

C'est le moment ou jamais de poser fièrement son stetson sur la tête !

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

Près de Dallas nous arrivons à Fort Worth , ancien camp militaire , célèbre pour ses rodéos. Pas de chance il n'y en avait pas ce jour-là. Nous avons quand même vu des cowboys  encadrer le troupeau de longhorns .

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

Les cowboys sont heureux de poser pour les touristes .

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

La statue illustre une prise de rodéo.

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "
Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "
Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

Nous sommes ensuite allés voir les prairies du ranch où paissent des vaches à longues cornes. J'avoue qu'elles sont bien pourvues et que je n'avais aucune envie de franchir la clôture !

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

Pas si près !!!!

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

J'ai préféré qu'elles prennent un peu de recul  : plus facile pour cadrer la photo !  ( rire )

Aller au Texas et crier : " oh la vache ! "

De retour en ville nous avons constaté que les vaches ornent les murs. Ne pas oublier les pionniers...surtout que l'activité est encore bien présente !

 

Est-ce ainsi que vous imaginiez le Texas ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 06:00
Visite du ranch des Ewing à Dallas .

Aller au Texas et plus précisément à Dallas évoque immanquablement le feuilleton télévisé. J'avoue ne pas avoir regardé les 357 épisodes de 45 mn mais lorsque j'allais rendre visite à Yvonne j'y ai eu droit plusieurs fois. Puisque je suis à Dallas, c'est décidé, je vais voir Southfork Ranch où vivait la richissime famille Ewing : des exploitants pétroliers et des éleveurs de bétail.

Visite du ranch des Ewing à Dallas .
Visite du ranch des Ewing à Dallas .

Le ranch est devant nous, entouré de prairies .

C'est prévu : nous allons entrer !

Visite du ranch des Ewing à Dallas .

Le salon avec piano , canapés et poufs moelleux .

Visite du ranch des Ewing à Dallas .

La table est dressée dans la salle à manger. Mais que la salle est petite, étriquée. La personne qui nous fait visiter le ranch explique alors que dans le feuilleton tout est filmé avec un oeil de poisson pour que les pièces paraissent plus grandes.

Visite du ranch des Ewing à Dallas .

La cuisine . Dans certaines scènes la famille y mange !

Visite du ranch des Ewing à Dallas .

La chambre de l'une des dames de la maison.

Visite du ranch des Ewing à Dallas .
Visite du ranch des Ewing à Dallas .

Le lit de JR au milieu de la chambre sur une estrade est pompeux à souhait !

Visite du ranch des Ewing à Dallas .

Dans l'une des salles de bain une profusion de miroirs pour agrandir la pièce.

La grosse surprise vient du petit coin où deux trônes sont côte à côte . Pas vraiment le lieu pour faire conversation !

Visite du ranch des Ewing à Dallas .
Visite du ranch des Ewing à Dallas .

Nous passons à l'extérieur. De la terrasse nous apercevons la piscine. Belle déception là aussi : elle est vraiment petite ...pour des magnats du pétrole ! J'ai même eu vaguement l'impression d'un trompe l'oeil : elle paraît ne pas avoir de fond !

Visite du ranch des Ewing à Dallas .

C'est donc en nous disant que tout ça c'est bien du cinéma, que nous nous sommes dirigés vers une dépendance où un dîner nous est servi. Le petit monsieur vêtu de blanc avec un grand béret blanc est le cuisinier. Il nous a dit avoir 83 ans et ne pas pouvoir s'arrêter de travailler. Les retraites aux USA sont minimes voire complètement inexistantes !

Nous sommes partis de là avec une autre vision des feuilletons américains !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 06:00
Le jazz à New Orléans

Si j'ai accepté de visiter la Louisiane c'est pour m'immerger dans les lieux qui ont vu la naissance du jazz. Dans les années 1880 /1890 un courant musical s'est développé : le ragtime qui a ensuite évolué pour devenir le jazz en 1910. Dans les orchestres de rue on trouve trompette , trombone, clarinette et percussions. Très souvent leur morceau est de l'improvisation selon leur humeur du moment.

Le jazz à New Orléans

En promenant dans la Nouvelle Orléans il n'est pas rare de croiser ces petits orchestres de rue qui mettent une chaude ambiance en ville .

Le jazz à New Orléans
Le jazz à New Orléans

Des statues de jazzmen se dressent à New Orléans. Tout d'abord celle du grand Louis Amstrong 1901-1971. C'est à ce virtuose de la trompette que le jazz doit sa renommée internationale.

Le jazz à New Orléans
Le jazz à New Orléans

Un autre musicien de talent qui a donné au jazz ses titres de noblesse est Sidney Bechet 1897-1959. Clarinettiste et saxophoniste de talent ( le vibrato de son saxo met les foules en émoi ! ) il a laissé des morceaux célèbres telle " Petite Fleur" , mon morceau fétiche depuis mes 15 ans ! https://www.youtube.com/watch?v=J7u9x50GGG

Le jazz à New Orléans

Sur le Mississipi j'ai eu la chance de trouver une place à bord du Natchez, un bateau à aube qui propose des croisères-repas .

Le jazz à New Orléans

Pendant toute la soirée un orchestre de jazz nous a enchanté par ses interprétations d'oeuvres connues mais aussi par ses propres improvisations. Inoubliable !

Aimez-vous le jazz ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 06:00
Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

C'est dans le sud de la Louisiane qu'une gigantesque zone marécageuse forme un réseau aquatique où prospèrent une flore et une faune très riches.

Bayou signifie serpent, sinuosité. Cette étendue d'eau est formée par les anciens bras et méandres du Mississipi.

C'est le bassin Atchafalaya que nous allons visiter. Nous le ferons sur un bateau à fond plat. Le bassin fait 240 km de long sur 30 km de large, soit une superficie de 5700 km². Nous n'en visiterons qu'une partie. Son nom signifie  " longue rivière " chez les améridiens.

Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

Un bayou est différent de la mangrove car c'est l'eau douce qui y domine.

Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

Dans les bayous les crevettes et écrevisses viennent se nourrir. De retour à Beaux Bridge nous avons eu droit à un plateau de 30 grosses écrevisses par personne !

Enorme !

Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

Un courant très lent , non perceptible mais présent , va vers la mer à marée basse et vers l'amont à marée haute.

Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

Nous avons passé notre temps à guetter la faune mais en vain : le bateau devait les effrayer. Les alligators sont pourtant parait-il très nombreux.

Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

Nous passons sous le pont Atchalaya Swamp qui date de 1973. Ce sont deux ponts parallèles de 29290 m de long qui relient Bâton Rouge à Lafayette. . Ils font partie de l'Interstate 10

Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?
Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?
Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

Nous regagnons le Mississipi . Nous allons à Natchez, une ville fondée par les français en 1716.

Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?
Un petit tour dans les bayous, ça vous dit ?

A Natchez sont encore présentes et bien entretenues les demeures des plantations . Elles datent d'avant la Guerre de Cessession.

Je vous laisse, je pénètre dans le monde merveilleux de " Autant en emporte le vent " !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 06:00

2 )  Retour catastrophe

Quand ça veut pas, ça veut pas  ( 2 )

Cela avait commencé peu après notre installation dans l'avion du retour, à Hô Chi Minh Ville. Brusquement l'Hom s'est mis à claquer des dents, frigorifié. L'hôtesse a demandé  " y a-t-il un docteur dans l'avion ? " et immédiatement cinq personnes se penchent  sur l'Hom ...tous américains. Le diagnostic tombe : "coup de froid " , ils lui font avaler un cachet qui le calme. Mais lors du transfert à Bangkok il n'est pas question de suivre les autres. Voilà l'Hom installé en fauteuil roulant et moi qui trottine derrière. Nous sommes passés là où seul le personnel est autorisé . Nous voilà dans le centre médical de l'aéroport et les examens commencent . Résultat : coup de clim à n'en pas douter , ils lui prescrivent un traitement . Je devais avoir l'air très inquiète ( pour l'avion que nous devions prendre ! ) car voilà qu'ils veulent aussi m'ausculter ! Je me défends et enfin ils nous libèrent. Je dois reconnaître qu'ils ont tous été super ! Un grand merci à eux !

Nous avons retrouvé l'avion du retour sans souci... enfin presque ! Nous étions cinq de la même famille et ne nous voyant pas arriver, les trois autres  ( dont Junior ) avaient refusé d'embarquer. L'hôtesse a lancé un appel et nous les avons bientôt vus arriver. L'avion pouvait s'envoler vers la France .... enfin, c'est ce que nous pensions. Il y a d'abord eu un grand bruit, telle une déflagration puis l'avion est descendu de 7000 m d'un coup et des flammes sont apparues au hublot : nous avions un réacteur en feu ! Immédiatement le personnel nous a tenu au courant et pas un mouvement de panique n'est à signaler. "Sorry " le commandant de bord nous informe que l'Inde que nous survolons refuse de nous laisser atterrir ! Au bout d'un moment il nous apprend qu'un aéroport accepte de nous recevoir : Karachi au Pakistan !

Nous sommes descendus de l'avion entre une haie d'honneur de guerriers barbus tenant une mitraillette à la main; Ils ont confisqué tous nos passeports  et ont scindé le groupe en nous répartissant dans des minibus très décorés avec de jolis petits rideaux. Nous avons ainsi roulé sous la curiosité des habitants, pendant 17 km qui nous parurent interminables. 

Quand ça veut pas, ça veut pas  ( 2 )
Quand ça veut pas, ça veut pas  ( 2 )

La compagnie aérienne Thai avait réservé pour nous le Shératon où tout le personnel avait reçu le mot d'ordre " faites-leur oublier le stress ". Nous avons été royalement chouchoutés dans ce bel hôtel ! Le portier nous faisait des courbettes avec un grand sourire.

Quand ça veut pas, ça veut pas  ( 2 )

La chambre spacieuse avait tout le confort . Un choc pourtant en voyant le barbelé qui grillageait nos fenêtres . Renseignement pris : c'est pour empêcher les aigles de venir briser les vitres en voulant entrer. C'est aussi la première fois que j'ai trouvé un tapis de prière dans mon placard et la flèche dorée au plafond qui indique la Mecque.

Quand ça veut pas, ça veut pas  ( 2 )

La salle à manger était immense et les buffets proposés pantagruéliques !

La chef de notre étage a même proposé des excursions en ville. Sans passeport je n'ai pas osé. Ceux qui y sont allés ont avoué n'avoir pas pu voir grand chose .

Nous avons reçu le lendemain un avis de la Thai comme quoi un nouvel avion est mis à notre disposition. Nous reprenons place dans les minibus avec un arrêt. Un policier ne voulait pas nous laisser passer si nous ne lui donnions pas des cigarettes. Un seul fumeur dans le bus qui a eu la gentillesse donner son paquet. Une fois à l'aéroport nouvelle haie de barbus en armes et là séparation : les hommes d'un côté, les femmes de l'autre . Il nous a fallu passer une par une dans une petite cabine où se trouvait une géante mitraillette au poing et une dame qui nous a fait la fouille au corps. humiliée mais ravie d'être sortie de là, j'ai enfin pu récupérer mon passeport !

Une fois la dame, qui jurait ne plus jamais vouloir prendre un avion de sa vie, calmée le voyage s'est déroulé sans histoire. C'était d'un calme !

C'est à ce moment que nous avons repensé au bonze du jardin public : nous avions eu ses nombreuses bénédictions et elles n'avaient pas été superflues !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 06:00

1 )  Départ problématique

Quand ça veut pas,  ça veut pas !  ( 1 )

Le merveilleux voyage au Viet Nam que je vous ai raconté dernièrement avait failli ne jamais avoir eu lieu. Nous avions réservé auprès du Club Med car il proposait une hôtellerie haut de gamme et aussi la visite des tunnels de Cu Chi. Trois mois avant le départ nous avons dû lui envoyer nos passeports afin d'obtenir le visa.  Un mois avant de partir je les ai rappelés pour savoir comment nous allions récupérer ces passeports. " Aucun souci, nous vous les rendrons à l'aéroport avec vos billets d'avion et votre dossier "

Le jour du départ nous nous présentons avec un peu d'avance à leur comptoir. Nos billets d'avion et nos dossiers étaient bien là mais pas nos passeports. La dame a commencé par nous dire que nous avions dû les recevoir et que nous les avions oubliés. Je lui ai signalé notre conversation téléphonique avec jour et heure  " Si comme vous l'annoncez la conversation a été enregistrée vous entendrez la réponse qui dit que nous les aurons à l'aéroport ! "

Elle a parue ébranlée par notre réponse et nous a dit d'attendre pendant qu'elle allait en parler avec ses collègues. Nous avons trouvé un siège et l'attente a commencé. Nous avons vu s'ouvrir le comptoir d'enregistrement des bagages mais sans passeport pas question d'y aller ! Quand la dame est revenue, je lui ai trouvé le teint cireux . D'une voix éteinte elle nous a annoncé savoir où étaient nos passeports. Ils étaient restés à l'ambassade du Viet Nam car la personne chargée d'aller les récupérer avait oublié !

Bien sûr on était samedi, mais elle envoyait quelqu'un qui allait faire son possible pour les récupérer malgré la circulation intense. Nous avons regagné nos sièges, résignés mais résolus à exiger un remboursement complet des frais engagés ( nous étions cinq ) augmentés d'une compensation pour le préjudice moral subi ! La dame se tordait les mains mais disait qu'elle nous comprenait. L'heure de la fermeture du guichet d'enregistrement arrivait, il n'y avait d'ailleurs plus personne depuis un moment ...quand nous avons vu accourir une personne qui agitait frénétiquement les précieux sésames . Quelques conciliabules entre les employés de l'agence et les responsables de l'enregistrement et nous avons pu passer.

Nous avons été conduits très rapidement vers l'avion où nous avions fait une entrée remarquée : et pour cause , nous étions bons derniers ! Ce n'est qu'une fois assis dans l'avion qui déjà prenait de la hauteur que nous avons réalisé : le Viet Nam dont nous avions tant rêvé allait pouvoir être visité ! Nous en avons profité à fond !

Nous ne savions pas encore que le retour serait bien plus mouvementé encore !

Quand ça veut pas,  ça veut pas !  ( 1 )

Je vous ai mis en tête du billet mon passeport de l'époque que j'ai réussi à garder quand j'ai dû le changer. A présent je dispose d'un passeport biométrique. Mais je suis toujours réticente quand on me demande de l'envoyer pour un visa. Je préfère obtenir moi-même le visa, c'est plus sûr !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 06:00
Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Avant de quitter Danang j'ai tenu à aller voir le musée Cham.

Cham est une ethnie originaire d'Inde qui s'installa dans les plaines centrales du Viet Nam au II ème siècle. Ils ont laissé des sculptures raffinées inspirées du panthéisme hindou.

Les sculptures sont marquées par une grande influence indienne. Ici un dragon.

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville
Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Les oeuvres sont en grès et permettent de suivre l'évolution de l'art Cham du VII ème au XV ème siècle. Lors de son inauguration le musée fut baptisé  " musée Henri Parmentier " du nom de l'archéologue français qui mena campagne pour fonder un musée. De nos jours il s'appelle musée Cham !

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville
Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Nous avons fait un arrêt devant la superbe plage des " GI américains " appelée aussi My Khe. C'est la plage la plus spectaculaire du Viet Nam , très longue , typiquement tropicale , avec un sable blond qui borde les eaux bleues de l'océan. Pendant la guerre du Viet Nam l'endroit fut très fréquenté par les américains.

à noter : les vietnamiennes portent toujours des manches longues et un large chapeau pour ne pas bronzer et risquer alors de passer pour une paysanne qui travaille dans les rizières.

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville
Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Nous avons aussi fait un arrêt dans une plantation d'hévéas. Les arbres ont des scarifications par où s'écoule très lentement la résine blanche : le latex qui donnera le caoutchouc.

Les plantations datent de 1899 et Michelin achetait le latex vietnamien.

La récolte se fait ensuite dans de gros bidons .

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville
Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Nouvel arrêt pour assister à la confection des galettes de riz. Il faut d'abord piler le riz de manière artisanale. Puis confection de la galette dont la finesse est extraordinaire !

photo du Net

photo du Net

A notre arrivée dans ce qui fut Saïgon, nous visitons le musée Nha Rong.Il est installé dans ce qui était autrefois une zone portuaire où accostaient les paquebots, sur l'ex-quai de l'Yser.

Le musée occupe l'ancien siège des Messageries maritimes construit en 1863 dans le style colonial de l'époque, avec une belle verrière.

Nha Rog signifie la maison du dragon.

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Les jardins arborés et fleuris méritent une visite !

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Le musée est dédié au souvenir de l'ère du Président Hô Chi Minh , on y trouve de nombreux portraits ainsi que les objets lui ayant appartenu.

J'ai pu y admirer une belle statue de la déesse de la Miséricorde : Guan Yin aux mille bras et mille yeux ( ? )

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

Nous terminons la journée par la visite du temple chinois Thien Hau. Il est dédié à la déesse de ma mer et se trouve non loin du grand marché de Cholon.

Son toit est décoré de petites figurines de porcelaine exprimant les thèmes de la religion et des légendes chinoises.

Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville
Route du retour de Danang à Hô Chi Minh Ville

La grande salle du temple est remplie de brûleurs d'encens. Une forêt de grands serpentins semblables à des nasses suspendus au plafond se consument lentement , en moyenne en deux semaines. 

Ce soir sera notre dernière nuit au viet Nam. Le retour sera aussi mouvementé que le départ ! Je vous en parle bientôt

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lesvoyagesetmoi
  • : Aimer voyager c'est aussi aimer partager. Mais je voudrais aussi vous parler de mes coups de coeur ...
  • Contact

Hellocoton

a href="http://www.hellocoton.fr/mapage/petitgris" title="Suivez-moi sur sur Hellocoton">Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Petitgris sur Hellocoton

Recherche