Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 05:00
Vacances à Etretat

C'est la longue plage d'Etretat qui nous avait décidé . Le sable y est très grossier  et c'est souvent sur des galets qu'il faut étendre sa serviette de plage. Mais nous avions l'enthousiasme de la jeunesse et le lieu nous est apparu paradisiaque !

Vacances à Etretat

J'aimais regarder  " l'éléphant qui trempe sa trompe dans la mer " juste devant l'aiguille.

Vacances à Etretat

La Manneporte est impressionnante aussi . Ce qui est joli, c'est le blanc de ces falaises de craie !

Vacances à Etretat

Avant de devenir une station balnéaire de renom, Etretat était un modeste village de pêcheurs. En haut de la falaise on distingue la silhouette en pierre de Notre-Dame-de-la-Garde, protectrice des pêcheurs.

Vacances à Etretat

Il n'y avait pas encore beaucoup de trafic sur l'eau à cette époque. D'ailleurs je ne suis pas en bateau...

Vacances à Etretat

Nous aimions aussi rôder aux alentours, comme ici sur la jetée de Fécamp.

Vacances à Etretat
Vacances à Etretat

Nous sommes allés voir le musée militaire de Pourville. De vieux tanks y étaient exposés. J'ai su que depuis 1990 il est fermé. Le propriétaire interdit les visites . Dommage !

Vacances à Etretat

Quand je vois cette photo je réalise que les années ont passé ...trop vite ! Junior a la tête blonde pratiquement sur le centre de l'hélice ! Prudente, j'étais tout à l'arrière  !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage souvenirs
commenter cet article
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 05:00
Je me souviens de Morgat ...

Puisque je suis à la maison cet été , je me penche sur mes souvenirs. Mes noces de papier ne sont pas loin, j'ai alors cherché quelles furent nos premières vacances . C'est à Morgat que nous avons savouré le bonheur d'être ensemble.

Je me souviens de Morgat ...

Nous avions la chance de savourer notre premier café du matin en face du cap de la Chèvre

Je me souviens de Morgat ...

Un de nos moments favoris étaient de longuement admirer les eaux claires qui venaient lécher le bas des rochers.

Je me souviens de Morgat ...

Nous allions assister au départ de l'école de voile

Je me souviens de Morgat ...
Je me souviens de Morgat ...
Je me souviens de Morgat ...

La baie est très bien abritée et les eaux y sont calmes. Les petites embarcations paraissent immobiles !

Je me souviens de Morgat ...
Je me souviens de Morgat ...

La plage est immense , le sable très doux et le bord l'eau en pente douce. J'ai passé là un séjour paradisiaque !

Je me souviens de Morgat ...

Ce ne serait pas la Bretagne, s'il n'y avait pas un menhir dans le coin. L'Hom,  qui a horreur que le vent dérange la belle ordonnance de sa chevelure, avait trouvé un paravent efficace !

Je me souviens de Morgat ...

Ce menhir me fascinait et quand je repense à ces vacances il est toujours présent. Lorsque j'ai commencé à lire Outlander où l'héroïne change d'époque en passant dans la fissure d'un menhir, c'est à celui-ci que je pensais . En le regardant bien, j'y avais vu un visage. Vous le voyez aussi ?

Je me souviens de Morgat ...

Un dernier regard au Cap de la Chèvre au moment de partir . Un instant de vie qui est resté gravé à jamais dans nos mémoires.

Je me souviens de Morgat ...

Dans le creux de la baie du Finistère , Morgat est bien abrité ! Il se situe sur la presqu'île de Crozon

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs voyages
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 06:00
Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Je suis née dans le Nord  ( pas encore Hauts de France ) au beau milieu du bassin houiller le plus grand d'Europe. Le HBNPC ( houillères du bassin du nord et du pas de calais ) produisait en 1959 jusqu'à 59 millions de tonnes de charbon. A partir de 1960 la production devint moins rentable puis déficitaire. L'exploitation prit fin le 21 décembre 1990 et les HBNPC disparurent officiellement le 1er janvier 1993.

Le paysage qui m'était familier était celui de la photo : un terril au bout des rails et à droite deux puits : un pour la descente d'air et l'autre pour le retour de l'air .

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Mon père avait 12 ans lorsque sa mère est morte en couches. De son propre chef il quitta l'école où il avait d'excellents résultats pour aller à la ville voisine de faire embaucher dans la mine de charbon. Il suivait un "ancien" qui lui apprenait le métier de mineur de fond. Il bravait sa peur en réalisant  les risques du métier car il voulait gagner sa vie pour subvenir aux besoins de sa petite soeur. . Il fut donc galibot !

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

La journée de travail commençait par le passage à la "salle des pendus". Les mineurs se changeaient et hissaient leurs vêtements en l'air à l'aide d'une corde. C'était en partie pour éviter les vols.

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Il fallait ensuite que le mineur passe à la lampisterie pour prendre sa lampe en échange d'un jeton . Lors du retour c'était l'inverse. Le système du jeton avait pour but de voir si tous ceux qui étaient descendus étaient remontés.

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

La lampe était très importante car sa flamme permettait d'avancer dans le noir mais surtout la hauteur de sa flamme indiquait la présence de grisou.

Le grisou était le principal danger de la mine car ce gaz fut responsable d'explosions très meurtrières. Mon père a survécu à un coup de grisou. Ses camarades ont pu le ramener en surface et il s'en est tiré avec une embolie pulmonaire qui mit longtemps à guérir .

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Très vite mon père devint chef porion ( contremaître ) Mais les houillères firent venir de la main d'oeuvre du Maroc et la consigne était de produire toujours davantage. Mon père a pété les plombs lorsque l'ingénieur lui a remis un fouet pour inciter les marocains à travailler plus vite. Partant du principe qu'il ne frapperait jamais un homme, il a déchiré sa carte et brisé le fouet . Il a sollicité le poste de boutefeu car il était seul maître à bord. sur la photo vous voyez un boutefeu préparant sa cartouche en la remplissant de poudre avant de bourrer les mines et de "buquer" ( faire éclater à grand bruit le bâton de dynamite ) . Il ouvrait ainsi une nouvelle veine d'exploitation.  

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Le charbon qui était abattu était chargé dans des berlines . Pour tirer le train de berlines un cheval était au fond. La vie de cette pauvre bête avait pour seule consolation les caresses que ne manquaient pas de lui prodiguer les mineurs .

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Les mineurs avaient une courte pause pour manger leur casse-croûte . Deux tartines avec soit du pâté soit du fromage blanc au milieu. Ce moment était appelé le briquet .  Lorsque mon père ne mangeait pas tout il ramenait un peu de ce sandwich qui avait circulé dans les entrailles de la terre et en avait pris un goût spécial que j'adorais . Mon père avait donc pris l'habitude de me ramener un peu de son "pain d'alouette" !

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Au bout des huit heures de travail il était temps de remonter à la lumière du jour. La remontée se faisait dans un ascenseur sommaire qu'ils appelaient la cage et qui balançait beaucoup. Les "gueules noires" s'entassaient dedans, heureux de pouvoir rentrer chez eux.

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Dans les puits de mine non détruits des musées sont installés. C'est dans le musée de Lewarde que j'ai vu ces outils du mineur ainsi que sa barrette  : chapeau en cuir destiné à protéger sa tête. Et la lampe dont je vous ai parlé plus haut.

Je suis fille de mineur de fond et fière de l'être !

Mon père travaillait à la fosse de Vieux condé . J'y allais très souvent, ce monde me fascinait mais Yvonne n'a jamais voulu donner son consentement pour que je descende au fond . Mon grand regret. La fosse de la photo était la fosse Lemay de Pecquencourt, pas très loin de Somain où j'ai enseigné.

Connaissez-vous les mines de charbon ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 06:00
Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

J'ai habité Cesseras un petit village de l'Hérault, à côté de Minerve. La région est sillonnée de gorges : celles de la Cesse un cours d'eau capricieux qui disparaît parfois sous terre ! Son cours est bordé de falaises calcaires.

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

Dans les parois de ces falaises se trouvent quantité de grottes dont certaines ont été occupées. Je les ai explorées après avoir acheté la carte topographique de la région.

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

Il en ai une que je n'ai pas visitée  : la grotte d'Aldène plus connue dans la région sous le nom de grotte de a Coquille ou encore grotte de Cesseras ou grotte de Minerve. La cavité de l'entrée est très grande et sert de refuge à des milliers de chauve-souris. Depuis 2007 le public ne peut plus aller plus avant , des grilles ont été posées. D'abord pour la protection des chauve-souris mais aussi car la suite de la grotte est un cheminement périlleux en raison de trous profonds et d'un parcours accidenté.

 

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

La visite se fait une fois l'an. Il faut s'inscrire à la mairie de Cesseras, propriétaire de la grotte. C'est l'Hom qui s'est porté volontaire pour y aller ! Je l'ai donc conduit le matin à 9h jusqu'à l'entrée où attendait un petit groupe sous la responsabilité de spéléologues confirmés . Dans la paroi ils ont ouvert une porte que j'ai trouvée bien petite ! " Pour entrer c'est par là " Je les ai laissé disparaître avec comme consigne de venir chercher mon époux à 15h .

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !
Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

Je vous montre quelques photos qu'il a ramenées de son périple.  Quelques passages étroits . La grotte fut exploitée pendant 100 ans pour extraire le phosphate constitué par des milliers d'ossements d'animaux de toutes sortes , majoritairement des ours., accumulés pendant des millénaires.

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !
Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

La galerie de la partie supérieure du réseau a livré des gravures larges et profondes incluant des figurations originales de leurs sujets : cheval, ours, félin, mammouth.

Mais on y voit aussi des griffures qui laissent à penser que la bête devait être énorme !

Une étude a montré qu'elles sont contemporaines à celles de la grotte Chauvet.

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

Quand je vous dis que le parcours n'est pas facile.

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !
Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

Dans la partie inférieure l'Hom a vu la salle des pas. Un groupe humain a laissé de nombreuses traces de pas et de frottis de torches datant de plus de 8000 ans avant nous.

Cette grotte a donc été fréquentée dès le paléolithique ancien, ornée de gravures à l'Aurignacien . Des indices de fréquentation datant du mégolithique et de l'âge de bronze y ont été trouvés.

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !
Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

Des fossiles sont incrustés dans les parois.

Quand l'Hom visite une grotte archéologique !

A 15h j'étais comme convenu à l'entrée de la grotte.  D'autres personnes sont arrivées, venues elles aussi récupérer un membre de leur famille. Les minutes se sont écoulées , très longues  et toujours personne. A la fin quelqu'un est venu nous dire de rentrer chez nous . Lors de l'inscription en mairie les apprentis spéléos avaient laissé leurs coordonnées, on nous préviendrait quand ils sortiraient . A 18h le téléphone a sonné : ils étaient remontés, je pouvais aller rechercher l'Hom !

Vous vous en doutez : j'ai demandé l'explication de ce retard . les spéléos qui encadraient la descente avaient amené un copieux pique nique dans leur sac a dos et le groupe a joyeusement festoyé parmi les témoignages de plus de 400000 ans !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 06:00
1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

Cette année là les jeux olympiques d'hiver avaient eu lieu en février à Grenoble. JC Killy réussissait d'exploit d'y être trois fois médaillé d'or

1968...je me souviens !

Nos rugbymen n'étaient pas en reste ! En 1968 la France remporte le Tournoi des 5 nations et remporte le Grand Chelem. 

1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

C'était la grande époque de Cloclo ( Claude François ) Je ne l'ai jamais vraiment apprécié : je le trouvais trop sautillant. Je préférais Sacha Distel quand il nous parlait de " la belle vie " .

1968...je me souviens !
1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

Je continuais à écouter en boucle  " Petite fleur " de Sidney Béchet. Je l'écoutais à partir d' un jukebox ou sur mon tourne-disque !

1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

Au cinéma la sulfureuse BB ( Brigitte Bardot ) défrayait la chronique. 1968 est aussi l'année du tournage du film ' la piscine " qui voyait les retrouvailles de Alain Delon et Romy Schneider

1968...je me souviens !
1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

Pas d'ordinateur ni d'APN à l'époque . Un appareil photo argentique muni - luxe suprême - de son flash en forme de cube ! Un radio- réveil pour des levers en musique ! C'était aussi le règne de la guitare électrique ...mais je n'en jouais pas !

1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

Nous avions la télé ...petit écran et gros encombrement. Mais j'ai pu y suivre " L'homme du Picardie " qui a tenu en haleine une bonne partie des français !

1968...je me souviens !

Les français commencent à partir en vacances à la mer avec leurs petites voitures . La magnifique Maserati Ghibli que l'on voit dans le film la piscine est réservée aux nantis. Les français avaient tout pour être heureux ...mais la révolte grondait !

1968...je me souviens !

Le 03 mai 1968 débute la crise étudiante à Paris. Il faut supprimer les contraintes au nom de la liberté. 48 ans plus tard on peut juger ...

1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

Mais l'avenir était en marche puisque cette année là sont nées des célébrités actuelles. Le 25 septembre naissait l'acteur Will Smith, le 30 septembre l'actrice Monica Belluci poussait son premier cri . Le 15 octobre Didier Deschamps donnait son premier coup de pied à l'air libre. Le 23 décembre est née celle qui deviendra pendant un temps la première dame de France : Carla Bruni.Je ne vous cite que les plus connus .

1968...je me souviens !
1968...je me souviens !

Cette année là je réglais mes courses avec de beaux billets : des francs ! Et mon pouvoir d'achat était beaucoup plus supérieur à celui que j'ai aujourd'hui !

En ce début 2017 j'ai presque envie de dire : "c'était le bon temps " !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 06:00
Une page se tourne .

Ma voisine , 90 ans, est partie depuis 11 mois en région parisienne , dans une maison de retraite près de chez ses enfants. Je l'avais prise sous mon aile, l'emmenant en courses trois fois par semaine , n'allant jamais au restaurant sans la prendre avec nous et en l'invitant ...tant et si bien qu'elle avait fini par trouver cela normal. Elle s'était ensuite imposée trois après midi par semaine pour faire la causette de 14h à 16h. Elle me cassait l'apès midi mais je n'ai jamais osé lui dire. Je l'ai aussi supportée en voyages , là elle payait sa place mais quand même elle ne me permettait pas de voir tout ce que j'aurais voulu car elle n'était plus très rapide.

Malgré cela j'étais triste de son départ et j'avais le coeur serré lorsque regardais sa maison fermée. Elle avait fini par ne plus donner de ses nouvelles alors qu'elle avait dit préférer appeler car sinon nous l'aurions dérangée dans ses nouvelles occupations. Une voisine qui lui portait presque chaque jour son dîner a fini par l'appeler pour lui dire qu'elle avait vu le panneau " vendu " sur sa maison. Il lui fut répondu que cela ne la regardait pas, qu'elle ne pensait jamais à son ancien village et que sa vie était à Paris où elle était très bien. C'est rassurant mais pas très amical !  Il va sans dire que cette attitude si peu reconnaissante nous a choqués...et les langues se sont déliées. Elle passait le plus clair de son temps à guetter ce qui se passait chez les autres pour aller ensuite le colporter de maison en maison. C'est comme cela que j'ai appris que c'est elle,mon ex-voisine, qui avait donné à la folle-furieuse tous les renseignements sur ma vie privée, renseignements que la folle me jetait ensuite à la figure en les accompagnant de propos orduriers. Ce calvaire de trois ans c'est à elle que je le dois ! 

Alors que je me suis toujours interdit de porter un jugement sur ses actes, j'ai commencé à repenser à bien des choses et ma conclusion est que je réchauffais un serpent dans mon sein. Vous pensez que là j'exagère ? Je vous raconte . Son mari n'était pas alcoolique, c'était le stade au-dessus : une véritable éponge. Lorsqu'il a enfin accepté de voir un médecin ce fut pour une hospitalisation immédiate. Ses analyses et radios partaient à Montpellier pour montrer aux étudiants en médecine ce qu'était un cas extrême d'alcoolémie.  Bien sûr pas question d'en parler à ma voisine qui nous assurait qu'elle avait un mari parfait, qui faisait son ménage, lui portait le café au lit...bref une perle !

Contrairement à elle, je n'ai jamais caché que mon Ex était éthylique. J'ai donc fait semblant d'évoquer mon expérience passée pour lui dire que lors d'une désintoxication il était impératif de ne lui donner aucune boisson alcoolisée sous peine de provoquer ce qui ressemblait à  une crise cardiaque.

Bien sûr c'est à nous qu'elle a demandé de la conduire voir son époux à la clinique.Elle a insisté pour que nous allions avec elle dans la chambre et là , sous mes yeux exorbités elle a sorti une bouteille de Duvel , une bière belge plutôt forte. Immédiatement le mari s'est jeté dessus pour la boire au goulot. J'étais anéantie  mais que faire? J'ai prétexté une envie urgente et suis sortie mais je n'ai réussi à voir personne dans ce service. Lorsque nous sommes rentrés j'ai dit à l' Hom qui ne comprenait pas ma contrariété : " Si ce je pense est vrai, demain matin Claude est mort "!

Le lendemain à 7h j'avais une voisine en pleurs qui sonnait à ma porte pour me demander de l'accompagner dans toutes les démarches notamment retenir le crématorium.

Je ne sais pas qui sont nos nouveaux voisins mais cette fois je compte bien n' avoir que des rapports de bon voisinage sans familiarité aucune. Chat échaudé ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 06:00

Je venais de commencer à travailler, je venais de me marier ...et n'avais pratiquement pas le sou ! Pourtant tout autour de nous les gens parlaient vacances, de quoi nous donner envie de trouver quelque chose pas trop loin de chez nous.

Ma collègue et amie finit par dénicher une maison au bord de la mer. Ses propriétaires habitaient pas loin de chez elle et avaient décidé de n' aller à la mer qu'à la mi-juillet. Ils acceptaient de nous louer la première semaine de juillet ! La maison possédait deux chambres et le séjour serait commun:parfait !

Mes premières vacances à Merlimont

Notre Eldorado était situé à 110km de chez nous, à Merlimont. C'est une charmante station balnéaire familiale au coeur de la Côte d'Opale, entre Berck sur mer et Le Touquet. Nous avions consulté les guides papiers , pas encore d'Internet à l'époque ! Nous savions qu'une immense plage de sable fin nous attendait et que des dunes plantées d'oyats pourraient servir de terrain de jeux .

Nous avons fébrilement préparé notre petite valise : maillots, shorts, tops légers...les vacances quoi ! Et le 1er juillet de bon matin nous voilà partis. Un trajet sans problème...pas comme de nos jours ! Sur place la maison avait du charme , nous y avons rapidement pris nos marques . Ensuite nous sommes allés en repérage : marcher sur la plage, chercher dans les dunes l'endroit qui conviendrait le mieux à la pétanque ou au volley . Le temps passait très vite, l'heure du dîner arriva et nous sommes allés déguster la traditionnelle cocotte de moules du nord. De retour à la location nous avions pensé lire mais les conversations allaient bon train...c'est tout juste si nous avons remarqué les nuages qui s'amoncelaient à l'horizon.

Le lendemain matin, au réveil ,le martèlement de la pluie nous accueillit ! Avec la belle insouciance de la jeunesse nous avons pensé qu'il suffisait de petit déjeuner pour attendre la fin de l'averse....mais la pluie s'éternisait. Tous nos beaux projets tombaient à l'eau , c'est le cas de le dire ! Personne n'avait pris d'imperméable ni de parapluie ! Tout à coup je me souvins avoir vu la veille pendant le repérage une petite boutique qui devait pouvoir nous dépanner. Nous sommes partis en voiture pour faire 300m ! Nous nous sommes engouffrés dans la boutique où la commerçante, fine mouche, nous lança : " je devine ce qui vous amène" ! Tout ce qu'elle avait à nous proposer était un K-Way !

Mes premières vacances à Merlimont

Nous n'avons pas eu le choix elle n'avait que le classique bleu ! Par chance chacun a trouvé sa taille. Nous avons payé , écornant notre maigre budget vacances. Et sur place il a fallu enfiler ces coupe-vent imperméables en nylon, si faciles à porter !

Mes premières vacances à Merlimont

Avant que Dany Boon n'écrive son sketch, nous avons testé tous les inconvénients de ce vêtement ! Bravant les éléments déchaînés nous avons décidé d'aller voir les stations voisines Berck, Le Touquet . Au début, l'humeur était maussade...jusqu'à ce que le mari de ma collègue ne dise d'un ton désespéré en nous regardant tous les 4 vêtus du même uniforme : " On dirait le collège Notre Dame qui déambule". Un énorme fou-rire nous a alors pliés en deux...et ne nous a plus quitté de la semaine. Car il a plu non-stop toute la semaine et les K-Ways furent bien amortis ! A notre grand regret ,nous n'avons pas pu essayer sur place la petite pochette banane ! Nous sommes rentrés hilares et si nous n'avions pas bronzé nous avions des zygomatiques bien entraînés !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 06:00
Quand on n'a pas de tête il faut avoir des jambes....

A cette époque je pilotais ma vieille et infatigable 504 blanche. C'est à son bord que j'étais allée travailler ce jour-là. Mais pas longtemps car j'avais obtenu l'autorisation de m'absenter à 10h pour suivre l'enterrement d'une personne dont j'étais proche. Je récupère Junior et nous voila partis en voiture vers l'église du village voisin. Lorsque je gare la 504 je vois que les gens sont déjà à l'intérieur de l'église. Vite j'attrape mon sac à main , aide Junior à descendre et claque la portière de l'auto. Lorsque la cérémonie prend fin je m'apprête à filer vers la voiture en fourrageant dans mon sac, de plus en plus nerveusement . mais où sont les clés du véhicule ? La réponse ne tarde pas à s'offrir à moi : les clés sont restées sur le contact et les portières sont fermées. Je ne peux me résoudre à casser une vitre et décide de partir à la maison à pied chercher le double des clés que bien sûr je n'ai pas avec moi ! Nous marchons d'un bon pas ...mais 8km c'est quand même pas la porte à côté. A la maison je récupère le double des clés, jette un oeil vers la pendule : pas le temps de manger et pas le temps non plus de refaire la route à pied ! La mort dans l'âme j'attrape le téléphone pour appeler un taxi ! Je n'allais pas non plus aller raconter aux amis que j'étais une étourdie ! Par chance la dame du taxi était libre et pas loin de chez moi. Le temps de confectionner un sandwich pour Junior et j'entends le taxi qui klaxonne. La tête de la conductrice quand je lui ai dit que je voulais aller à l'église ! Pendant que je la payais elle aperçut ma 504 qu'elle connaissait : à son sourire qui se voulait complice je sus qu'elle avait deviné. J'ai eu juste le temps de déposer Junior et je fus à l'heure pour faire rentrer mes élèves. Je n'ai raconté ma mésaventure qu'un mois plus tard à l'Hom qui éclata de rire : " j'attendais de voir quand tu allais te décider à me le dire". La dame du taxi lui avait tout raconté....

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 06:00
Le chien de ma belle-mère !

Chez ma belle-mère l'arrivée du Bearded Collie fut une véritable bénédiction; Ce chien de belle taille était un compagnon idéal : gai, fidèle , robuste, il s'était très rapidement intégré et était très proche de sa nouvelle famille. Il sut se montrer obéissant si bien que tout le monde l'aimait . La seule chose que ma belle-mère lui reprochait était les soins constants que demandait son pelage. Je crois qu'elle faisait semblant de se plaindre car il fallait voir avec quelle patience elle passait la brosse dans ses longs poils tandis qu'il se laissait faire , concentré sur une seule chose : lui envoyer un grand coup de langue dans le cou dès qu'il le pouvait : la séance se terminait généralement par des grands rires.

Pour simplifier la vie de tous les jours, ma belle-mère avait transformé le nom à rallonges que lui avait donné le chenil par un raccourci beaucoup plus rapide quand il s'agissait de l'appeler : " Pim " ! Mais voilà, Pim avait un défaut : il faisait les poches des humains ! Oh il ne fut pas découvert de suite, jusqu'à ce jour d'hiver où une amie de belle maman était venue prendre le thé . Elle ôta ses gants , les mit dans la poche de son manteau qu'elle posa sur une chaise à ses côtés. Pim était très sage , installé près d'elles. Lorsque vint l'heure pour l'amie de rentrer chez elle, elle enfila son manteau et tout en prenant congé commença à enfiler ses gants ...elle poussa un grand cri : elle avait des mitaines ! Pim avait consciencieusement sucé tous les bouts de doigts ! Depuis ce jour Belle maman l'avait à l'oeil...jusqu'à ce jour où un petit entrepreneur vint chez elle pour discuter d'un travail à effectuer. En bonne nordiste ma belle mère lui offrit le café. C'est alors que, horrifiée, elle vit Pim commencer à mastiquer des billets de banque ! Gênée elle tint à prévenir l'homme qui se leva d'un bond : il revenait de chez un client qui l'avait payé et il avait simplement fourré ses billets dans la poche de son pantalon. Sentant qu'il allait se plaindre, belle-maman commença alors à lui faire la morale et termina en lui disant que cette mésaventure devait lui servir de leçon et qu'à l'avenir il penserait à utiliser un portefeuille ! La leçon cloua le bec au bonhomme mais celui-ci ne supporta pas que Pim l'approche durant la durée des travaux !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 06:00
photo du Net

photo du Net

Depuis mon adolescence le flamenco me fait vibrer. Je me souviens m'être serré la ceinture au maximum pour pouvoir aller assister à une représentation au théâtre de Douai alors que j'étais étudiante. Tout me plaît : les costumes, la musique, la danse, le chant... Lorsque j'ai eu la chance de pouvoir voyager, j'ai irrésistiblement été attirée par l'Andalousie à plusieurs reprises. Si dans la journée je courais les sites incontournables, le soir je guettais les spectacles de flamenco. J'en ai vu des magnifiques , ceux de l'école nationale espagnole mais aussi des troupes connues. J'ai aussi adoré les artistes qui se produisaient dans de petites caves et qui donnaient tout ce qu'ils pouvaient pour satisfaire les spectateurs...ou tout simplement pour extérioriser le feu qui les habite lors de ces danses. Ce soir-là c'est une troupe d'environ dix personnes qui évolue devant les tables d'une petite salle de café. Les costumes sont très beaux mais ils n'en changeront pas de la soirée ...aucune importance, ils ont la fougue qui crée les grands moments. Ils évoluent en groupe : huit filles superbes et deux garçons souples comme des lianes dans leur costume moulant. Vint le moment où les filles et l'un des danseurs se retirèrent dans le fond de l'espace qui leur servait de scène; Le danseur commença alors un numéro exceptionnel de claquettes qu'il exécuta avec une grâce et une virtuosité qui mettait en valeur son corps parfait. La salle était sous le charme et lorsqu'il salua , l'assemblée se lava comme un seul homme pour l'ovationner. C'était de toute évidence le clou de leur spectacle car un des musiciens déclara que le bal était ouvert. L'orchestre jouait en sourdine tandis que les danseuses et danseurs se dirigeaient vers les clients pour les inviter à danser . C'est alors que je vis le danseur vedette se diriger vers moi...non, ce n'était pas possible, il y avait certainement une délicieuse jeune fille derrière moi qui l'avait intéressée...Quand je le vis s'arrêter face à moi en souriant , ses yeux de braise semblant fouiller jusqu'au fond de mon âme, je crus que j'allais défaillir. Dans un geste lent et doux à la fois il me tendit la main. Et là, je vous le donne en mille ...incapable de faire le moindre mouvement, paralysée, je me suis contentée de tourner lentement la tête de gauche à droite et inversement ! Vous l'aurez compris : je venais de décliner cette invitation inespérée ! Il a eu un moment d'incertitude puis a invité une de mes voisines de table qui, elle, s'est tellement précipitée qu'elle a violemment heurté le coin de table avec sa hanche, ce qui ne l'a pas empêchée de danser. Je crois qu'il ne m'en a pas voulu car à plusieurs reprises il m'a décoché de larges sourires en passant devant ma table. La danse finie il fallut quitter la salle, l'heure de la fermeture avait sonné. Jamais encore je ne m'en suis autant voulu, des années plus tard j'ai encore envie de me filer des claques...danser. Avez-vous connu des moments où l'émotion vous fait renoncer à ce qui vous ferait le plus plaisir ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article