Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 06:00

baguette-pain.jpg

 

Il avait été convenu durant cette journée que les fillettes pourraient passer quelques jours ensemble tantôt chez l’une , tantôt chez l’autre . La semaine suivante , Victor conduisit , toujours en vélo , Paulette chez sa marraine . Là elle découvrit qu’il était possible de participer à la vie de la maison et de parler agréablement avec Suzanna . Les fillettes étaient chargées de menus travaux pour soulager Suzanna et lui permettre de s’occuper de Christian . Puis elles avaient le droit de jouer …elles eurent surtout de longues conversations pour mieux se connaître . Paulette était heureuse de ne plus souffrir de solitude et tomba des nues lorsqu’un matin Christiane lui demanda de sa voix traînante quand elle comptait rentrer chez elle . Victor avait prévu de venir la chercher le lendemain en emmenant Josiane avec eux . Lorsqu’elle entendit la réponse , Christiane parut ravie : « Ah , enfin on va pouvoir descendre nos jouets du grenier ! Tant que tu es là , on n’a pas le droit de les avoir  » Paulette , habituée au silence ne releva pas la remarque mais une nouvelle blessure était dans son cœur . Elle venait s’ajouter à celle qui avait lieu tous les jours à l’heure du goûter . Le boulanger avait coutume de passer tous les jours vers seize heures . Il s’arrêtait devant la maison de Suzanna en klaxonnant joyeusement , tout le monde accourait . Au moment où il soulevait la porte arrière de sa voiture , une délicieuse odeur de pain frais enveloppait le petit groupe . Les baguettes qu’achetait Suzanna étaient encore tièdes car c’est par la maison la plus éloignée que le boulanger ambulant commençait la distribution de sa fournée de l’après midi . Sitôt la commande payée , c’était la ruée dans la grande pièce à vivre où Suzanna coupait de généreux morceaux de baguette qu’elle beurrait avant de les tendre , d’abord à Josiane puis à Christiane . Pas à Paulette ! Le premier jour celle-ci avait bien tenté de se manifester mais Suzanna , pourtant très gentille, avait été catégorique : «  Yvonne m’a bien recommandé de ne rien te donner entre le déjeuner et le dîner , tu ne goûtes jamais !

_ Oui , mais là ça sent trop bon , j’ai faim !

_ Et moi je connais Yvonne , pas question de le faire sans son autorisation !  »

Et c’est pourquoi chaque jour Paulette dut supporter en salivant les mastications de ses cousines . Celles-ci avaient bien compris la situation et prenaient un malin plaisir à mordre à belles dents dans la croûte craquante et à mâcher lentement juste sous le nez de la pauvre Paulette . Parfois elle essayait de regarder ailleurs et de bouger mais les deux fillettes la suivaient et ne lâchaient pas leur proie …la cruauté des enfants entre eux n’est pas une invention !

Un autre sujet de désarroi survint lorsque Paulette , levée tôt ce matin là , surprit sa marraine en train d’astiquer le dessus de sa cuisinière à charbon avec un morceau de tissu parsemé de fleurettes des champs . Ce tissu , Paulette l’aurait reconnu entre mille . C’était la si jolie robe que Yvonne lui avait achetée l’an dernier . Mais comme d’habitude ,Yvonne ne permit pas à Paulette de la porter sous prétexte que chez elle on ne gaspillait pas et que l’on ne pouvait pas porter les vêtements neufs , qu’il fallait les garder pour l’avenir , c’était en somme de l’argent de placé . Sauf que l’année suivante , Paulette avait grandi et forci et que la robe ne lui allait plus du tout . Elle avait déjà eu le tour l’hiver dernier avec la petite jupe plissée de serge grise que Paulette n’avait jamais portée : trop neuve puis trop petite . Puisque la robe était neuve, Yvonne décida d’en faire cadeau à Suzanna pour ses filles qui étaient plus fluettes que Paulette ….Mais voilà que trois semaines plus tard la jolie robe , au lieu d’être portée le dimanche par Josiane ainsi que Yvonne l’avait prévu , servait à faire briller le dessus d’une cuisinière à charbon !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 18:00

rhodes 00

 

Au petit matin suivant nous arrivons en vue de lîle de Rhodes. Il s'agit de la plus grande île du Dodécanèse.

 

rhodes 01

 

La ville de Rhodes est devant nous, entourée de ses hautes murailles.

 

rhodes 02

 

Depuis le 18ème pont du bateau nous apercevons la mosquée et l'église.

 

rhodes 03

 

L'entrée dans la ville se fait par cette porte flanquée de deux tours monumentales.

 

rhodes 04

 

Les moulins à vent au nombre de trois sont médiévaux. Ils sont situés le long de la jetée du port de Mandraki. Ils servaient à moudre le grain destiné aux bateaus en partance.

 

rhodes 05

 

L'entrée du port de Mandraki est marquée par cette statue de biche et de l'autre côté le cerf. Cerf et biche sont les emblèmes de la ville de Rhodes. C'est à cet endroit que se serait dressée la statue du Colosse de Rhodes, ouvrage gigantesque détruit par un tremblement de terre en -226 av. JC.

 

rhodes 06

 

Nous montons sur l'Acropole de Rhodes pour voir les vestiges du temple d'Apollon Pitio.

 

rhodes 07

 

Là aussi , un stade très naturepour les athlètes.

 

rhodes 08

 

et son petit théâtre très bien conservé !

 

rhodes 09

 

La ville de Rhodes a conservé ses portes.

 

rhodes 10

 

Nous entrons dans le palais des Grands Maîtres.

 

rhodes 11

 

Le palais d'origine fut détruit en 1896 par l'explosion d'une poudrière. Lorsque les italiens arrivèrent, ils eurent à coeur de reconstruire le palais qui devint la résidence d'été du roi Victor emmanuel III.

 

rhodes 12

 

Les imposantes tours crénelées

 

rhodes 13

 

Nous sommes dans la cour intérieure du palais. A remarquer les niches abritant les statues d'empereurs romains retrouvées sur différents sites. Au fond le grand escalier...

 

rhodes 15

 

En haut de l'escalier une grande salle hypostyle ornée d'un trophée hellénistique et de pavements de mosaîques romaines et paléochrétiens.

 

rhodes 14

 

Cette mosaïque originale pour l'époque me fait penser au Yin et Yang...alors qu'en fait il s'agit de représentations marines.

 

rhodes 16

 

Je ne sais pas vous, mais moi ce trône ne me tente pas...

 

rhodes 18

 

Ressortis du palais, nous descendons la rue des Chevaliers. Dans cette rue de nombreux bâtiments portent des armoiries  ...l'Italie par exemple

 

rhodes 17

 

Ou alors comme ici, l'Auberge de France.

 

rhodes 19

 

Nous arrivons maintenant dans le centre commerçant de la ville de Rhodes.

 

rhoses 19JPG

 

Au milieu de la grand place, une fontaine.

 

rhodes 20

 

J'avais beaucoup aimé cette rue sous la tonnelle.

 

rhodes 21

 

Il est l'heure de rentrer sur le bateau. Nous reprenons notre position sur le 18ème pont et nous apercevons les fouilles en cours...

 

rhodes 22

 

Cette fois nous sortons du port : adieu Rhodes ! La mer est d'huile, La nuit sera bonne...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 08:30

splendid 46

 

Ces gardes sont revêtus du costume traditionnel. On remarque bien sûr le bonnet à floche, les chaussettes et chaussures à pompons. Le gilet très soigneusement brodé...

Mais ce qui attire l'oeil, c'est la petite jupe plissée. C'est la fustanelle et elle est à elle seule tout un symbole.

Elle est coupée dans 30m de tissu blanc en coton fin, composée de 400 plis : ils symbolisent les 400 ans d'occupation ottomane.

Elle est cousue à la main : chaque point représente la souffrance d'un peuple opprimé.

Voyez-vous encore les evzones avec le même regard ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans anecdotes
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 06:00

douane-1-.jpg

 

La route passait sur un pont . La rivière n’était pas bien grande mais le débit de l’eau était important et le flot passait à vive allure sous le pont . Victor décida de faire une halte . Ils posèrent leurs bicyclettes sur le parapet et Victor en profita pour allumer une cigarette ( jamais plus de trois par jour ) Il lança l’allumette dans l’eau attrapa la main de Paulette pour traverser le pont et ils s’amusèrent à «  celui qui apercevrait le premier l’allumette  » : ils la virent en même temps et ce fut en riant qu’ils reprirent leur bicyclette pour rejoindre Lecelles , le village où habitait la sœur de Victor . Sa maison était la dernière du village , au milieu des champs et juste derrière les champs on apercevait la cabane des douanes et donc la frontière belge . Paulette fit la connaissance de sa marraine , la sœur de Victor , qu’elle n’avait encore jamais vue ainsi que de Josiane et Christiane ses deux cousines . Christian , le bébé , dormait paisiblement dans son berceau . Josiane avait trois mois de plus que Paulette , c’était déjà une petite bonne femme qui adorait se mêler de la conversation des grands . Paulette fut éberluée de la voir parader au milieu des adultes et surtout d’être autorisée à le faire . Venir parler à Paulette ne l’intéressait pas du tout , ce fut donc vers Christiane que se tourna Paulette . Christiane avait une bonne figure bien ronde et souriante …mais Paulette fut troublée par la lenteur de ses réactions . Ce fut bien plus tard , qu’elle finit par comprendre que l’accouchement avait été difficile , coincée un moment au passage Christiane avait fini par arriver toute bleue et accusait un léger retard mental . Après que les parents eurent bu le traditionnel café et les enfants la limonade , Suzanna , la marraine , annonça que Albert , son mari , n’allait pas tarder à rentrer . Il était douanier et à cette époque la contrebande de café et de tabac battait son plein . Pour l’aider dans la traque des contrevenants il était accompagné d’un énorme chien policier qui arriva tous crocs dehors et le poil hérissé : pour lui la maison était envahie par des étrangers ! Ce fut Suzanna qui l’empoigna par le collier et s’en alla l’enfermer dans le grand chenil aménagé à l’arrière de la maison . Remise de sa frayeur , Paulette put observer le nouvel arrivant pendant que ses parents semblaient brusquement très pressés de partir . Albert avait le visage très rouge , la vie au grand air sans doute et la démarche molle et incertaine , la fatigue après une course folle derrière les contrebandiers certainement . Vite , ce furent les embrassades qui précèdent le départ et sur le chemin du retour elle entendit Yvonne dire à Victor que Albert n’avait pas encore eu soif aujourd’hui au travail . Quelques années plus tard Paulette  comprit que Albert était un ivrogne .

 

chien-douane-.jpgphoto du Net

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 18:00

splendid 30

 

A notre arrivée au Pirée, tout un bataillon de bus nous attend.

 

splendid 31

 

Le soleil se lève sur le Pirée...une rude journée nous attend !

 

splendid 32

 

En attendant l'autorisation de descendre à terre , nous observons les locaux de la gare maritime.

 

splendid 33

 

A peine descendus du bus, nous avons une vue sur le Parthénon....mais il est tout en haut d'une colline !!!

 

splendid 34

 

Pendant l'ascension de la colline nous passons devant  l'Odéon d'Hérode Atticus.

 

splendid-35.JPG

 

Il commence déjà à faire chaud et la montée à l'Acropole est rude...

 

splendid 36

 

En contre bas, le temple d'Héphaïstos,  relativement bien conservé, dans son écrin de verdure.

 

splendid 37

 

Le Parthénon, en travaux de restauration.

 

splendid 38

 

Le temple d'Erechthéion

 

splendid 39

 

et son célèbre portique des Caryatides, jeunes filles drapées ...

 

splendid 40

 

De certains temples il ne reste plus grand chose même quand les murs ont été restaurés.

 

splendid 41

 

Au loin se dresse le mont Olympe. Rien à voir avec Olympie où nous étions hier !

 

splendid 42JPG

 

A nos pieds, la ville d'Athènes.

 

splendid 43

 

En redescendant nous découvrons l'Odéon d'Athènes.

 

splendid44

 

C'est l'heure de nous séparer de notre fidèle compagnon d'Acropole !

 

splendid 45

 

Dans la descente des morceaux de frise de  temple sont exposés.

 

splendid 47

 

Nous entrons dans Athènes.

 

splendid 48

 

Le stade olympique de la ville d'Athènes. Remarquez les anneaux en haut, au centre; Les gradins sont en marbre...mais il n'y a aucune couverture pour protéger les spectateurs de la pluie et surtout du soleil !

 

splendid 49

 

Le Parlement grec

 

splendid 46

 

Les gardes en tenue traditionnelle : les evzones au moment de la relève de la garde.

 

splendid 50

 

La moderne Académie.

 

splendid 51

 

De retour sur le Splendida nous avons vu passer ce drôle d'insecte mécanique : un hydroglisseur.

 

splendid 52

 

Le pilote grec arrive : le départ est proche.

 

splendid 53

 

Cette fois nous sommes sortis du port du Pirée.

 

splendid 54

 

Le soleil se pose à l'horizon, c'est l'heure d'aller se coucher. Demain sera un autre jour...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 06:00

 

velo-2-.jpg

 

Bientôt un mois que Paulette vivait un rêve éveillé . Mais ce matin , une agitation inhabituelle régnait dans le domaine . Gerda nettoyait et rangeait …et dans les chambres , des valises firent leur apparition . Les enfants expliquèrent à Paulette que leur père ne pouvait pas laisser plus longtemps la clinique aux mains de son second et qu’il ne voulait pas non plus être privé de leur présence donc ils repartaient pour la ville en espérant revenir quelquefois en week-end . Le cœur de Paulette se serra et le lendemain ce fut avec des larmes dans les yeux qu’elle vit s’éloigner la longue voiture noire qui emmenait ses amis , aussi tristes qu’elle …et Robinson ! A pas lents elle traversa le chemin qui menait chez elle , entra dans la vaste pièce à vivre . Yvonne s’y trouvait et bien qu’elles ne se soient pas vues depuis presque quatre semaines , elle ne dit pas un mot , montrant d’un geste théâtral la chaise où Paulette était de nouveau condamnée à rester droite , sans bouger .

 

Victor semblait avoir compris la détresse muette de Paulette . Un dimanche matin , au cours du petit déjeuner matinal , il se tourna vers Yvonne , osant déroger à la règle en vigueur qui était : «  On ne parle pas en mangeant !  »

_ «  Ecoute , dit-il à Yvonne , ma jeune sœur vient d’avoir son troisième enfant et j’aimerais bien aller la voir . Qu’en penses-tu ?

_   ……..

_ Tu vois de temps à autre ton demi frère Francis et je trouve cela tout à fait normal . Pourquoi ne pas aller voir ma sœur ?

_ Mais elle habite trop loin !

_ Elle habite à trente kilomètres . Je ne te l’ai jamais demandé auparavant car avec Paulette c’était risqué mais à présent elle roule très bien en vélo et elle est devenue suffisamment résistante , je ne vois pas où est le problème .

_ Si tu y tiens , je veux bien faire un essai , mais si quelque chose ne va pas tu seras responsable !

_ Mais oui , bien sûr !  » soupira Victor .

Et un matin très tôt ils se mirent en route . Yvonne était toujours contrariée par la longueur de la route . … et surtout parce qu’elle allait peut-être croiser une automobile ! Ces voitures sans cheval qui passaient à vive allure dans un bruit d’enfer la terrifiaient . Et certains gros propriétaires terriens commençaient à en posséder . Ce qui devait arriver arriva . On entendit au loin une pétarade qui allait en s’amplifiant . Yvonne voulait descendre de bicyclette , Victor lui conjurait de garder sa droite tout en continuant à pédaler … Mais bientôt Yvonne s’immobilisa , un pied de chaque côté du vélo en hurlant qu’elle était en panne et que son vélo refusait d’avancer . Victor s’assura que Paulette , descendue elle aussi , était bien rangée le long du trottoir et se dirigea vers Yvonne . Il ne mit pas longtemps à comprendre ce qui s’était passé : prise de frayeur , Yvonne avait violemment serré les deux freins , d’où l’immobilité du vélo . Il lui fallut un moment pour décrisper Yvonne , après lui avoir parlé doucement et lui avoir fait constater qu’il n’y avait plus de voiture en vue ils purent reprendre la route , l’oreille aux aguets cependant....

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 18:00

_Le-Splendida.JPG

 

Nous l'avons effectuée à bord du Splendida MSC , avec le Magnifica il était le plus gros paquebot italien...depuis le Divina est arrivé...

 

splendid-00.JPG

 

Nous embarquons au port de Gênes. A la tombée du jour un long coup de trompe retentit tandis que le paquebot s'écarte lentement du quai et que le port s'éloigne. Quand en plus tu entends Andrea Bocelli qui chante " partiraaaa..."  bizarre comme le temps change, j'ai de la pluie  dans les yeux !!! Emotion quand tu nous tiens...

 

splendid-02.JPG

 

Nous nous dirigeons vers notre cabine où nos bagages ont été déposés. Remarquez que ça fait 10mn que nous y sommes et c'est déjà presque le bazar !

 

splendid-03.JPG

 

Après une très bonne nuit  - il est agréable d'être bercé ! - nous avons assisté au lever de soleil sur la mer depuis notre balcon.

 

splendid-04.JPG

 

Découverte du paquebot. Ici le pont des piscines...

 

splendid-05.JPG

 

Des épicuriens font déjà la queue pour les jacuzzis

 

splendid-06.JPG

 

Que d'eau, que d'eau...

 

splendid-07.JPG

 

Nous allons prendre un petit café à la "piazetta", reconstitution à l'intérieur d'une place italienne. Je ne me lassais pas d'admirer le travail des poseurd de céramique !

 

splendid 08

 

Nous traversons l'un des nombreux salons où le soir les musiciens nous charment. Nous avons dénombré plus de 10 pianos à queue répartis sur les différents ponts.

 

splendid 09

 

La caféteria Bora-Bora où de somptueux buffets font tout pour vous tenter , au moment des 3 principaux repas bien sûr, mais aussi au goûter de 16h et le soir au buffet de minuit !

 

splendid 10

 

Le buffet de minuit est aussi l'occasion de présenter les sculptures sur fruits et légumes des artistes des cuisines. N'est-il pas beau celui-là ?

 

splendid 11

 

Que pensez-vous de ce fier dragon?

 

splendid 12

 

Peut-être préférez-vous ceux-là ?

 

splendid 13

 

Mais le Splendida continue sa route et des hauts parleurs nous avertissent que nous passons près du Stromboli. Il est toujours fumant...et je ne sais pas si je serais rassurée d'habiter le village que nous apercevons au pied !

 

splendid 14

 

Nous venons de passer le détroit de Messine  entre la Calabre et la Sicile.

 

splendid 15

 

Nous entrons dans le port de Katakolon. Nous sommes donc en Grèce. Les hélices remuent la vase, le bateau pilote grec est toujours présent  et un pilote est monté à bord. Quand le paquebot est à quai le pilote repart...

Nous suivions les opérations depuis le pont supérieur et nous avons vu le pilote grec sortir pour sauter dans son petit bateau. A ce moment la passagère accoudée à mes côtés me demande avec un fort accent belge " Qui est la personne qui part ? " Je lui réponds " le pilote" ..." Commmment , nous n'avons plus de pilote ? " Il a fallu lui expliquer le règlement qui veut que ce soit un pilote du port d'arrivée qui dirige les manoeuvres. ...Non, les histoires belges ne sont pas toujours inventées...

 

splendid 16JPG

 

Les touristes débarquent pour aller en excursion. Deux possibilités : libre ou en visite guidée par groupes.

 

splendid 17

 

Les autocars bien alignés attendent...

Bon à savoir : si vous achetez votre excursion sur le bateau et que le bus a du retard ( c'est arrivé ) le bateau attend ...Si vous choisissez la liberté à pied, en taxi ou bus de ville et que pour une raison X vous êtes en retard...le bateau part...à vous de rejoindre la future escale par vos propres moyens !

 

splendid 18

 

Nous avons choisi d'aller à Olympie. Devant vous ce qui reste du temple de Philippéion.

 

splendid 18JPG

 

Des pierres parsemées à perte de vue...je trouve que pour visiter cet endroit il faut avoir une solide imagination !

 

splendid 19

 

Ma plus grosse déception : les restes du temple d'Héra où est allumée symboliquement la flamme olympique !

 

splendid 20

 

En passant sous la voûte nous accédons au premier stade olympique .

 

splendid-21.JPG

 

Et voilà ce fameux stade où les athlètes se présentaient nus pour concourir par souci d'égalité ! Mais pourquoi ont-ils abandonné cette tradition ?

 

splendid 22

 

Le reste du site est constitué de pierres éparses...J'ai eu beaucoup de mal à m'imprégner de l'atmosphère de l'époque...splendid 23

 

Nous sommes ensuite allés en ville . J'ai bien noté où nous étions !!!

 

splendid 24JPG

 

Beaucoup de boutiques de souvenirs et ...une pizzeria grecque.

 

splendid 25

 

De retour sur le bateau nous avons continué la découverte des infrastructures....c'est si grand : 18 ponts ! Nous avons pu voir la voiture qui simule les impressions à bord d'une formule 1

 

splendid 26

 

et le petit bowling !

 

splendid 27

 

Passage par le théâtre. Deux représentations par jour : des concert, des récitals, des ballets, de la magie, des jongleurs, équilibristes...et même de l'opéra ! Il y en a pour tous les goûts ! Salle de 1600 places avec décors et jeux de lumière à faire pâlir d'envie nos salles...

 

splendid 28

 

Le théâtre et les restaurants sont à l'arrière du bateau...notre cabine est tout à l'avant. Nous avons donc à faire très régulièrement les 300m de couloir dans les deux sens ! Excellent pour la santé. Pareil pour les ascenceurs, ils étaient au nombre de 24 mais nous avons emprunté le plus souvent les escaliers.

 

splendid 29

 

Le bateau repart. De notre balcon nous voyons la côte illuminée qui s'éloigne...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 10:15

altéa 00

 

Voyant sans doute ma déception de ne voir les fleurs que d'un côté, l'altéa tige a sorti le bouquet final !

 

altea 01

 

Une apothéose !

 

altea 02

 

altea 03

 

Je suis ravie, je le regarde et toute attendrie je me sens fleur bleue à mon tour ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans actualité
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 06:00

chaton-roux-.jpg

 

L’après midi passa à toute vitesse , les jeux se succédaient en alternant les courses poursuites et les jeux calmes tels que les parties de jeu des sept familles ou de mille bornes . Lorsqu’il fut l’heure de se quitter pour le repas du soir , Paulette était sur un petit nuage : c’était la première fois que les vacances étaient mieux que l’école ! Bien entendu , tout le monde se donna rendez-vous pour le lendemain ….Mais Yvonne ne l’entendait pas de cette oreille , elle avait décrété qu’il était grand temps pour Paulette d’apprendre son futur rôle de ménagère ! C’est donc une Paulette en larmes , un seau d’eau aux pieds et une peau de chamois à la main que ses amis trouvèrent devant les quatre grandes fenêtres de la façade de la maison qui donnait sur la rue . «  Maman ne m’a pas dit comment il fallait faire …et je n’ai pas droit à l’escabeau , ce soir j’y suis encore !  » hoquetait-elle . Bernard partit comme une flèche en direction de chez lui et ne tarda pas à revenir en compagnie de ses parents qui demandèrent à voir Yvonne . Ce qu’ils se dirent , Paulette n’en sut rien mais elle put aller chez ses amis tandis que Yvonne rangeait le nécessaire de nettoyage . Mieux encore , lorsque midi sonna Gerda vint lui dire que son couvert était mis à la table familiale . Paulette voulut aller prévenir sa mère , «  Inutile , lui dit Mme Dubourg , elle est au courant et elle est d’accord !  » Les jeux reprirent , sans cesse variés . Les grands vinrent planter un long pieu au milieu de la cour , du sommet pendait un élastique muni d’une petite balle en mousse à son extrémité . Chacun se retrouva une raquette à la main , les équipes se formèrent et bientôt la petite balle virevolta au gré des coups de raquette au milieu des cris et des rires . Le soleil déclinait , Mme Dubourg vint chercher Paulette afin qu’elle aille prendre chez elle sa toilette de nuit et un nécessaire de toilette . Chantal ne tenait plus de joie : «  Tu dors dans ma chambre , dans le lit à côté du mien !  »

C’est ainsi que Paulette vécut un conte de fée pendant tout un mois . Les jeux prenaient parfois des allures d’exploration . Chaque écurie étant différente , les enfants étaient tour à tour des aventuriers en quête d’un abri pour se protéger des bêtes féroces et des intempéries …. qui n’étaient pas toujours imaginaires , des délégations de médecins chargés de sauver des populations défavorisées ( Martine et Nanou appréciaient beaucoup les douceurs destinées à ceux qui étaient sensés souffrir de malnutrition mais prenaient la poudre d’escampette quand les éminents scientifiques sortaient pansements et seringues sensés leur redonner la santé ! ) . Le mieux fut sans doute l’initiative de Bernard qui avait trouvé une échelle qui leur permit d’avoir accès au pigeonnier au-dessus du portail . Tout d’abord les deux petites n’arrivèrent pas à grimper et durent repartir en compagnie de Gerda ce qui laissa notre trio de choc , Chantal-Bernard-Paulette , s’installer tranquillement . Ils purent y monter coussins et plaids et une fois le ménage fait , le refuge était idéal . Pour le goûter , Gerda leur faisait parvenir dans une corbeille attachée à une corde qui passait dans une poulie , des petites brioches , un pot de confiture et des yaourts . Ce furent là les meilleurs repas de Paulette . Lorsque les restes de victuailles étaient redescendus par le même chemin , le trio s’installait devant la lucarne et discutait de tout et de rien tout en observant la campagne qui s’étalait devant leurs yeux . Un jour pourtant une surprise les attendait dans leur refuge : un chaton roux les fixait de ses yeux verts . Il passa de mains en mains , se risqua à un ronron et en récompense eut droit à un peu de lait tiède que Chantal avait réclamé pour le goûter . Bientôt le chaton , de trois mois environ avait estimé Mr Dubourg , répondit à son nom : Robinson ! Il les suivait partout et eut même le droit de dormir chez Chantal et Paulette . Il est vrai que les portes restaient ouvertes donc cela ne posa jamais de problème .

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 18:00

En Suisse, un bisse est une amenée d'eau pour conduire le précieux liquide des glaciers ou rivières sur les coteaux assoiffés du Valais. Leur construction s'est échelonnée entre le 12ème et le 19ème siècle au prix d'un travail impressionnant d'ingéniosité . 

 

bisse-01.JPG

 

Le bisse est le ru  qui coule à gauche et qui est longé par le sentier de randonnée à droite.

 

bisse-02.JPG

 

Ahhhhh ils ont prévu des bancs pour le repos des randonneurs fatigués !

 

bisse-03.JPG

 

Seule dans la forêt, la petite chapelle sainte Marguerite.Tiens donc, il faut prier avant de partir, mais pourquoi ?

 

bisse 04

 

Un peu plus loin un débit de boissons rustique...ils pensent au confort de leurs sportifs les suisses !

 

bisse 05

 

Le torrent  dévié dans un tronc d'arbre évidé et sculpté sert pour tenir les boissons au frais ...ingénieux !

 

bisse 06

 

Un tableau explique comment se sont effectués les travaux de construction de ce sentier de randonnée. Au retour j'ai compris qu'il vallait mieux être radonneur que constructeur !!!

 

bisse 07

 

Er c'est parti pour l'aventure....

 

bisse 08

 

Au passage de petites cascades viennent alimenter le bisse...

 

bisse 09

 

Quoi ??? c'est quoi ce truc ??? On m'avait pas dit au départ....

 

bisse 10

 

Et si ...il est devant moi...et il faut y aller !

 

bisse 11

 

Je vous assuuuuuuuuuuure, ça bouuuuuuuuge un maaaax !!!  Et en plus il y a de l'échoooooo!!!!

 

bisse 12

 

Ahhhh non ! Il ne manquait plus que...Ouf ! c'est du bois sculpté ! Sont taquins les suisses !!!

 

bisse 13

 

Là, c'était dans l'ombre...mais le sentier est vraiment à flanc d'une paroi à pic !!!

 

bisse 14

 

Oh, il y a même un petit cabanon de repos...mais il paraît que je n'ai pas le droit, j'ai pas fini le calvaire le bisse.

 

bisse 15

 

Mais dites-moi que c'est pas vrai...peuvent pas me faire ça !!!

 

bisse 16bis

 

 

 

Et si ils peuvent...et même qu'il est encore plus long que l'autre !

 

bisse 17

 

Ouaiiiis ! ça s'appelle  FIN de la route !!! La construction du bisse n'est pas terminée mais ils ont prévu la fontaine pour se rafraîchir !

 

bisse 18

 

Au retour j'ai eu le droit de faire une courte pause dans le cabanon...courte : il ne faut pas casser le rythme...

 

bisse 19

 

Je ne m'étais pas bien rendue compte à l'aller, mais la passerelle est complètement au-dessus du vide !!!

 

bisse 20

 

Je retrouve avec soulagement la cascade du bas !

 

bisse 21

 

Le bisse continue alors tranquillement sa route à travers le village...et moi je cherche ma voiture.

Le plus beau, c'est quand le guide ( que je connais bien ! ) m'a dit " celui là est facile, il en est de très compliqués, voire dangereux que je te déconseille" !  Bin voyons !!!

La vérité ? J'adore la Suisse...et des escapades comme celle-ci, j'en redemande !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article