Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 06:00

cadre_20eme-1-.jpg

 

 

Même si Paulette pressentait que l’événement se préparait elle ne fut jamais mise au courant de l’arrivée du grand père Fernand . Elle vit bien sûr que ses parents déménageaient leur chambre à l’étage et que d’autres meubles garnissaient leur ancienne chambre . Elle ne fut donc qu’à moitié surprise lorsque Yvonne lui annonça que pépère serait là tous les jours et dormirait chez eux . Fernand était un vieillard à la haute stature et au visage sévère . Sa moustache fièrement relevée sur les côtés , en guidon de vélo , fascinait Paulette . Il parlait de façon autoritaire et sa voix était sèche . C’était , d’après la grand mère maternelle , le seul être capable de faire peur à Yvonne . En fait , dès son arrivée , un grand portrait de lui fut installé sur le buffet de la salle à manger , bientôt flanqué de part et d’autre des portraits de Josiane ( la cousine ) et de Paulette en communiantes . Pour fêter dignement cette arrivée , demi-frère chéri et sa femme avaient été invités à déjeuner . Yvonne s’était régalée de confectionner six tartes : à la crème , aux pommes et aux pruneaux . Il y avait aussi l’incontournable moka : un biscuit de Savoie garni artistiquement de crème au beurre , la grande spécialité de Yvonne . Le repas terminé , les messieurs étaient sortis faire une partie de boules en bois , la pétanque du Nord . Les dames papotaient tout en faisant la vaisselle et Paulette , que l’on avait priée de ne pas se retrouver dans les jambes des grandes personnes , avait trouvé refuge en claudiquant à cause du plâtre , dans un des petits fauteuils de la salle à manger où elle pensait pouvoir rêver tout à son aise. Elle fut tirée de ses pensées par la venue de Yvonne et de Paulette , la femme de Francis, qui ,tout à leur conversation , ne l’avaient pas vue . Elles venaient ranger la vaisselle dans le buffet et elles en vinrent à regarder les photos . «  Comme elle est belle  » s’extasiait Paulette2 devant le portrait de Josiane  «  Par contre , désolée Yvonne mais votre Paulette1 n’est vraiment pas jolie !

_ Oh ! je ne le sais que trop mais que veux-tu , malgré tout c’est la mienne , il faut donc que je l’installe , sinon Victor ne me le pardonnerait pas !  » et sur ces bonnes paroles elles sortirent de la pièce sans avoir vu Paulette1 et les grosses larmes qui roulaient silencieusement sur ses joues .

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 18:00

cret-00.JPG

 

Sitôt descendus à terre, le bus nous emmène au travers de vergers d'oliviers à perte de vue...Nous n'avons pas voulu choisir une journée mer sur une plage paradisiaque, préférant les petits villages authentiques....mais la route est longue...De temps à autre nous avons un aperçu du bord de mer par la fenêtre du bus.

 

cret 01

 

Sur notre droite un petit village au flanc de la montagne, devant lequel un magnifique monastère se dresse : arrêt photo demandé et accordé !

 

cret 02

 

Nous entrons dans le petit village de Kritsa. D'emblée il nous plaît. La rue bordée de petites maisons sur lesquelles courent des plantes...que c'est calme !

 

cret 03

 

Là, ce doit être le café du village...mais il est fermé !

 

cret 04

 

Sur la place même silence : il est 08h30...et ils n'ont pas prévu que les croisiéristes soient matinaux !

 

cret 05

 

Seule la vendeuse de sacs se dépêche d'installer ses articles : on ne sait jamais !

 

cret 06

 

Enfin un établissement est ouvert : c'est la petite église byzantine.

 

cret 07JPG

 

Alors que nous en ressortons, le pope arrive tout essoufflé : trop tard !

 

cret 08

 

Au milieu du village une délicieuse petite chapelle...fermée.Nous partons et les autochtones ne sont toujours pas levés

 

cret 09

 

Le bus nous amène sur les rives du lac intérieur de la station balnéaire de Ajios Nikolaos.( Saint Nicolas )

 

cret 10

 

De nombreuses barques de pêcheurs sont amarrées.

 

cret 11

 

C'est un peu bizarre de voir toutes les rives bordées d'immeubles.

 

cret 12

 

Alors que nous déambulons sur le quai, un jeune chat crétois a décidé de nous accompagner ...

 

cret 13

 

Au bour du quai ce cul de sac dont les murs sont recouverts de scènes de la vie crétoise peintes. ..nous aurions aimé avoir quelques renseignements...

 

cret 14

 

Là je savais : ce champignon est un bel amadou !

 

cret 15

 

Le lac Voulismeni fut longtemps appelé le lac "sans fond"  mais depuis il a été possible d'en déterminer la profondeur exacte : 64m .Autrefois fermé, il est relié par un bief au port depuis 1870.

 

cret 16

 

Au retour le bus prend une route surélevée qui nous permet d'avoir une vue sur la côte crétoise.

 

cret 17

 

Nous voici revenus au port de Héraklion : devant la gare maritime le Splendida nous attend !

 

cret 18

 

A la fin du jour nous nous éloignons de la Crète...

 

cret 19

 

qui bientôt n'est plus qu'un point à l'horizon ou presque.

 

cret 20

 

Il était temps d'aller se préparer : ce soir c'est soirée de gala ! A la fin du délicieux repas, les lumières se tamisent et les serveurs apportent les omelettes norvégiennes ...

 

cret 21

 

Pas de temps à perdre : comme tous les soirs c'est théâtre !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 06:00

L’arrivée de Victor le lendemain fut un peu une délivrance . Josiane était en pleurs et ne voulait pas laisser le cocon familial . Paulette eut toutes les peines du monde à dérider sa cousine sur le chemin du retour , elle alla jusqu’à faire des pitreries sur son vélo . Ce fut la chute qui la fit rouler au fond d’un fossé qui arracha un sourire à Josiane . Lorsqu’elle furent à la maison , Yvonne se mit en quatre pour faire plaisir à Josiane mais quand Paulette prenait part à la conversation , elle avait droit au «  Toi, tais-toi !  » habituel . Au court de ce court séjour Yvonne décida d’organiser un concours de tricot .

 

tricot2.jpg

Elle avait acheté une paire d’aiguilles neuves et monta les mailles d’un cache nez sur deux jeux d’aiguilles anciennes . Les fillettes n’avaient jamais tricoté mais au bout d’un moment elles comprirent le principe du point mousse et le cache nez commença à prendre des centimètres . Alors pour corser le concours , Yvonne déclara que c’était celle qui ferait le plus beau cliquetis avec ses aiguilles qui serait déclarée gagnante . Josiane n’y arrivait pas , quant à Paulette elle avait pris un bon rythme dans un mélodieux cliquetis . Bientôt Yvonne se leva , théâtrale et annonça : «  Je déclare gagnante Josiane ! Bravo , comme promis ces nouvelles aiguilles sont à toi !  » Paulette attendit que Josiane soit allée ranger son trophée dans sa valise pour glisser à Yvonne que ses cliquetis étaient mieux que ceux de Josiane «  Oui , mais elle , c’est une invitée , il est donc normal que je la gâte ! Toi tu seras toujours aussi égoïste , fille unique que tu es !  » C’est aussi au nom de ce beau principe que Paulette vit sortir des placards les très rares trésors qui lui étaient offerts par les rares visiteurs et dont elles n’avait jamais pu se servir . Loin de se douter de la valeur de ces petits objets dérisoires , Josiane les traitait avec mépris , les cassant ou les ébréchant sans égard . Là , Paulette sut ce que c’était que l’injustice et s’arrangea pour en toucher deux mots à Victor pendant que Yvonne discutait avec Josiane . Mais Victor qui était très préoccupé par l’éclosion des œufs de ses champions volants lui répondit que sa mère avait raison et qu ‘elle n’avait pas à être égoïste ! Pour chasser les idées noires et se bouger un peu Paulette proposa à Josiane une partie : le jeu consistait à se poursuivre et à frapper sur l’épaule de l’autre , immédiatement le poursuivi devenait poursuivant . Dans leur élan les gamines ne purent freiner à temps et vinrent s’écraser toutes les deux sur le portillon qui menait au potager . C’est Victor qui l’avait fabriqué car il aimait bricoler mais il ne l’avait pas encore fini et pour le fermer il n’y avait qu’un simple fil de fer tordu en guise de crochet . Sous la double poussée des fillettes en plein élan , le mince crochet ne résista pas . Yvonne qui arrivait à ce moment là se mit à hurler sur Paulette . Josiane tenta d’expliquer que c’était arrivé alors qu’elles jouaient toutes les deux mais Yvonne ne voulut rien entendre et Paulette eut droit à «  la danse de la ceinture  » sous les yeux horrifiés de Josiane . Paulette ne sut pas ce qui se passa ensuite car elle dut aller au lit sans manger dans les minutes qui suivirent . C’est le lendemain matin que Yvonne annonça à Paulette qu’à cause d’elle , Josiane voulait rentrer de suite chez elle et que puisque Victor avait travaillé toute la nuit c’était à Yvonne de la raccompagner . Ce fut la fin des vacances des cousines . Sur le chemin du retour , une fois Josiane rendue à ses chères habitudes , Paulette se risqua à raconter à Yvonne qu’elle avait vu sa marraine faire briller le dessus de la cuisinière avec un morceau de la jolie robe fleurie . Yvonne entra dans une grande colère , non pas contre sa belle sœur qui faisait si peu de cas de ses cadeaux mais contre Paulette qui n’était qu’une vilaine menteuse et qui devrait avoir honte de raconter des horreurs dans le but de discréditer sa marraine . «  Tu n’es qu’une sale menteuse et une jalouse ; je ne veux plus t’entendre de la journée !  » Paulette se consola en pensant que la rentrée des classes n’était plus loin !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 18:00

alex 00

 

"Terre...terre..." hurle l'Hom depuis le balcon !  En effet, dans les premières lueurs de l'aurore, des constructions se détachent à l'horizon. Vérification sur le journal de bord, en français, qui nous est déposé chaque soir dans la cabine : nous arrivons à Alexandrie.

 

alex 01

 

Les jolies constructions blanches sont les édifices gouvernementaux dont le palais présidentiel.

 

alex 02

 

Une fois au port...plus de 60 bus attendent les croisiéristes en excursion.

 

alex 03

 

Ce jour-là est jour férié en Egypte. C'est à dire que tout est fermé en ville. Nous nous contentons donc de remarquer les très nombreuses banderoles : des élections doivent avoir lieu !

 

alex 09

 

Nous nous dirigeons vers l'entrée du site archéologique de la ville.

 

alex 04

 

Voici la colonne de Dioclétien ou encore colonne de Pompée.Elle mesure 30m de haut pour une circonférence de 9m. Elle  date de la fin du IVème siècle et est en granit rouge poli d'Assouan.

 

alex 05

 

Un des quatre sphynx,  impassible...

 

alex 06

 

quelques hiéroglyphes ...

 

alex 07

 

Je suis restée interloquée par la pauvreté des vestiges présentés !

 

alex 08

 

En tous les cas pour nous ce ne fut pas ...le pied !

 

alex 10

 

C'est à pied que nous avons ensuite gagné les catacombes de Kom-el-Shoqafa d'Alexandrie. Photos strictement interdites...et ils ont raison. Le site que l'on nous a fait voir fait  "arrangé" , personne du groupe n'y a cru ! Par contre nous avons commencé à trouver que les routes n'étaient pas nettes !

 

alex 11

 

Dans celle-ci les gravats s'étalent...

 

alex 12

 

Nous gagnons le bord de mer dans l'espoir de visiter la Citadelle.

 

alex 13

 

Elle est entourée de hautes murailles

 

alex 14

 

Et là , la guide nous apprend qu'il n'est pas possible de la visiter un jour férié . Donc la citadelle de Qait Bay  a été privée de l'honneur de notre visite...

 

alex 15

 

Les promeneurs sont nombreux sur la promenade du front de mer. alex 16

 

Les vieux tramways poussiéreux  passent, toujours bondés. Le petit bourricot paraît habitué à la circulation.

 

alex 17

 

Au coin de cette autre rue un petit manège attend ce soir que la fête commence...

 

alex 18

 

On m'en avait beaucoup parlé et c'est la raison de ma venue à Alexandrie : la bibliothèque...Mais voilà, une manifestation a lieu devant l'entrée principale !!! Voici donc l'arrière du bâtiment : des fenêtres futuristes et un plan d'eau tout autour . ...La guide nous a expliqué qu'il ne fallait rien regretter, à l'intérieur aucun livre n'est visible. Tout se choisit par clavier d'ordinateur...et il y a des heures d'attente avant de voir le spécimen choisi arriver...cela peut prendre des mois dans le cas des volumes rares et très anciens ! Bon alors ça va...

 

alex 19

 

A côté, la Géode en panneaux composites ciment-verre. Elle symbolise le soleil sortant de la Méditerrannée...

 

alex 20

 

Nous reprenons la route qui va nous ramener vers la gare maritime

 

alex 21

 

tiens-tiens : ce n'est pas jour férié pour tout le monde ! Le long du quai où est amarré notre bateau que vous voyez en arrière plan ( bon, il est grand, je sais ) les boutiques de souvenirs en tout genre sont ouvertes et d'adonnent à leur sport favori : le marchandage !

 

alex 22

 

On y trouve un peu de tout...

 

alex 23

 

Remontés à bord, un peu plus tard nous voyons la gare maritime s'éloigner...à moins que ce soit nous qui prenions le large...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 06:00

baguette-pain.jpg

 

Il avait été convenu durant cette journée que les fillettes pourraient passer quelques jours ensemble tantôt chez l’une , tantôt chez l’autre . La semaine suivante , Victor conduisit , toujours en vélo , Paulette chez sa marraine . Là elle découvrit qu’il était possible de participer à la vie de la maison et de parler agréablement avec Suzanna . Les fillettes étaient chargées de menus travaux pour soulager Suzanna et lui permettre de s’occuper de Christian . Puis elles avaient le droit de jouer …elles eurent surtout de longues conversations pour mieux se connaître . Paulette était heureuse de ne plus souffrir de solitude et tomba des nues lorsqu’un matin Christiane lui demanda de sa voix traînante quand elle comptait rentrer chez elle . Victor avait prévu de venir la chercher le lendemain en emmenant Josiane avec eux . Lorsqu’elle entendit la réponse , Christiane parut ravie : « Ah , enfin on va pouvoir descendre nos jouets du grenier ! Tant que tu es là , on n’a pas le droit de les avoir  » Paulette , habituée au silence ne releva pas la remarque mais une nouvelle blessure était dans son cœur . Elle venait s’ajouter à celle qui avait lieu tous les jours à l’heure du goûter . Le boulanger avait coutume de passer tous les jours vers seize heures . Il s’arrêtait devant la maison de Suzanna en klaxonnant joyeusement , tout le monde accourait . Au moment où il soulevait la porte arrière de sa voiture , une délicieuse odeur de pain frais enveloppait le petit groupe . Les baguettes qu’achetait Suzanna étaient encore tièdes car c’est par la maison la plus éloignée que le boulanger ambulant commençait la distribution de sa fournée de l’après midi . Sitôt la commande payée , c’était la ruée dans la grande pièce à vivre où Suzanna coupait de généreux morceaux de baguette qu’elle beurrait avant de les tendre , d’abord à Josiane puis à Christiane . Pas à Paulette ! Le premier jour celle-ci avait bien tenté de se manifester mais Suzanna , pourtant très gentille, avait été catégorique : «  Yvonne m’a bien recommandé de ne rien te donner entre le déjeuner et le dîner , tu ne goûtes jamais !

_ Oui , mais là ça sent trop bon , j’ai faim !

_ Et moi je connais Yvonne , pas question de le faire sans son autorisation !  »

Et c’est pourquoi chaque jour Paulette dut supporter en salivant les mastications de ses cousines . Celles-ci avaient bien compris la situation et prenaient un malin plaisir à mordre à belles dents dans la croûte craquante et à mâcher lentement juste sous le nez de la pauvre Paulette . Parfois elle essayait de regarder ailleurs et de bouger mais les deux fillettes la suivaient et ne lâchaient pas leur proie …la cruauté des enfants entre eux n’est pas une invention !

Un autre sujet de désarroi survint lorsque Paulette , levée tôt ce matin là , surprit sa marraine en train d’astiquer le dessus de sa cuisinière à charbon avec un morceau de tissu parsemé de fleurettes des champs . Ce tissu , Paulette l’aurait reconnu entre mille . C’était la si jolie robe que Yvonne lui avait achetée l’an dernier . Mais comme d’habitude ,Yvonne ne permit pas à Paulette de la porter sous prétexte que chez elle on ne gaspillait pas et que l’on ne pouvait pas porter les vêtements neufs , qu’il fallait les garder pour l’avenir , c’était en somme de l’argent de placé . Sauf que l’année suivante , Paulette avait grandi et forci et que la robe ne lui allait plus du tout . Elle avait déjà eu le tour l’hiver dernier avec la petite jupe plissée de serge grise que Paulette n’avait jamais portée : trop neuve puis trop petite . Puisque la robe était neuve, Yvonne décida d’en faire cadeau à Suzanna pour ses filles qui étaient plus fluettes que Paulette ….Mais voilà que trois semaines plus tard la jolie robe , au lieu d’être portée le dimanche par Josiane ainsi que Yvonne l’avait prévu , servait à faire briller le dessus d’une cuisinière à charbon !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 18:00

rhodes 00

 

Au petit matin suivant nous arrivons en vue de lîle de Rhodes. Il s'agit de la plus grande île du Dodécanèse.

 

rhodes 01

 

La ville de Rhodes est devant nous, entourée de ses hautes murailles.

 

rhodes 02

 

Depuis le 18ème pont du bateau nous apercevons la mosquée et l'église.

 

rhodes 03

 

L'entrée dans la ville se fait par cette porte flanquée de deux tours monumentales.

 

rhodes 04

 

Les moulins à vent au nombre de trois sont médiévaux. Ils sont situés le long de la jetée du port de Mandraki. Ils servaient à moudre le grain destiné aux bateaus en partance.

 

rhodes 05

 

L'entrée du port de Mandraki est marquée par cette statue de biche et de l'autre côté le cerf. Cerf et biche sont les emblèmes de la ville de Rhodes. C'est à cet endroit que se serait dressée la statue du Colosse de Rhodes, ouvrage gigantesque détruit par un tremblement de terre en -226 av. JC.

 

rhodes 06

 

Nous montons sur l'Acropole de Rhodes pour voir les vestiges du temple d'Apollon Pitio.

 

rhodes 07

 

Là aussi , un stade très naturepour les athlètes.

 

rhodes 08

 

et son petit théâtre très bien conservé !

 

rhodes 09

 

La ville de Rhodes a conservé ses portes.

 

rhodes 10

 

Nous entrons dans le palais des Grands Maîtres.

 

rhodes 11

 

Le palais d'origine fut détruit en 1896 par l'explosion d'une poudrière. Lorsque les italiens arrivèrent, ils eurent à coeur de reconstruire le palais qui devint la résidence d'été du roi Victor emmanuel III.

 

rhodes 12

 

Les imposantes tours crénelées

 

rhodes 13

 

Nous sommes dans la cour intérieure du palais. A remarquer les niches abritant les statues d'empereurs romains retrouvées sur différents sites. Au fond le grand escalier...

 

rhodes 15

 

En haut de l'escalier une grande salle hypostyle ornée d'un trophée hellénistique et de pavements de mosaîques romaines et paléochrétiens.

 

rhodes 14

 

Cette mosaïque originale pour l'époque me fait penser au Yin et Yang...alors qu'en fait il s'agit de représentations marines.

 

rhodes 16

 

Je ne sais pas vous, mais moi ce trône ne me tente pas...

 

rhodes 18

 

Ressortis du palais, nous descendons la rue des Chevaliers. Dans cette rue de nombreux bâtiments portent des armoiries  ...l'Italie par exemple

 

rhodes 17

 

Ou alors comme ici, l'Auberge de France.

 

rhodes 19

 

Nous arrivons maintenant dans le centre commerçant de la ville de Rhodes.

 

rhoses 19JPG

 

Au milieu de la grand place, une fontaine.

 

rhodes 20

 

J'avais beaucoup aimé cette rue sous la tonnelle.

 

rhodes 21

 

Il est l'heure de rentrer sur le bateau. Nous reprenons notre position sur le 18ème pont et nous apercevons les fouilles en cours...

 

rhodes 22

 

Cette fois nous sortons du port : adieu Rhodes ! La mer est d'huile, La nuit sera bonne...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 08:30

splendid 46

 

Ces gardes sont revêtus du costume traditionnel. On remarque bien sûr le bonnet à floche, les chaussettes et chaussures à pompons. Le gilet très soigneusement brodé...

Mais ce qui attire l'oeil, c'est la petite jupe plissée. C'est la fustanelle et elle est à elle seule tout un symbole.

Elle est coupée dans 30m de tissu blanc en coton fin, composée de 400 plis : ils symbolisent les 400 ans d'occupation ottomane.

Elle est cousue à la main : chaque point représente la souffrance d'un peuple opprimé.

Voyez-vous encore les evzones avec le même regard ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans anecdotes
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 06:00

douane-1-.jpg

 

La route passait sur un pont . La rivière n’était pas bien grande mais le débit de l’eau était important et le flot passait à vive allure sous le pont . Victor décida de faire une halte . Ils posèrent leurs bicyclettes sur le parapet et Victor en profita pour allumer une cigarette ( jamais plus de trois par jour ) Il lança l’allumette dans l’eau attrapa la main de Paulette pour traverser le pont et ils s’amusèrent à «  celui qui apercevrait le premier l’allumette  » : ils la virent en même temps et ce fut en riant qu’ils reprirent leur bicyclette pour rejoindre Lecelles , le village où habitait la sœur de Victor . Sa maison était la dernière du village , au milieu des champs et juste derrière les champs on apercevait la cabane des douanes et donc la frontière belge . Paulette fit la connaissance de sa marraine , la sœur de Victor , qu’elle n’avait encore jamais vue ainsi que de Josiane et Christiane ses deux cousines . Christian , le bébé , dormait paisiblement dans son berceau . Josiane avait trois mois de plus que Paulette , c’était déjà une petite bonne femme qui adorait se mêler de la conversation des grands . Paulette fut éberluée de la voir parader au milieu des adultes et surtout d’être autorisée à le faire . Venir parler à Paulette ne l’intéressait pas du tout , ce fut donc vers Christiane que se tourna Paulette . Christiane avait une bonne figure bien ronde et souriante …mais Paulette fut troublée par la lenteur de ses réactions . Ce fut bien plus tard , qu’elle finit par comprendre que l’accouchement avait été difficile , coincée un moment au passage Christiane avait fini par arriver toute bleue et accusait un léger retard mental . Après que les parents eurent bu le traditionnel café et les enfants la limonade , Suzanna , la marraine , annonça que Albert , son mari , n’allait pas tarder à rentrer . Il était douanier et à cette époque la contrebande de café et de tabac battait son plein . Pour l’aider dans la traque des contrevenants il était accompagné d’un énorme chien policier qui arriva tous crocs dehors et le poil hérissé : pour lui la maison était envahie par des étrangers ! Ce fut Suzanna qui l’empoigna par le collier et s’en alla l’enfermer dans le grand chenil aménagé à l’arrière de la maison . Remise de sa frayeur , Paulette put observer le nouvel arrivant pendant que ses parents semblaient brusquement très pressés de partir . Albert avait le visage très rouge , la vie au grand air sans doute et la démarche molle et incertaine , la fatigue après une course folle derrière les contrebandiers certainement . Vite , ce furent les embrassades qui précèdent le départ et sur le chemin du retour elle entendit Yvonne dire à Victor que Albert n’avait pas encore eu soif aujourd’hui au travail . Quelques années plus tard Paulette  comprit que Albert était un ivrogne .

 

chien-douane-.jpgphoto du Net

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 18:00

splendid 30

 

A notre arrivée au Pirée, tout un bataillon de bus nous attend.

 

splendid 31

 

Le soleil se lève sur le Pirée...une rude journée nous attend !

 

splendid 32

 

En attendant l'autorisation de descendre à terre , nous observons les locaux de la gare maritime.

 

splendid 33

 

A peine descendus du bus, nous avons une vue sur le Parthénon....mais il est tout en haut d'une colline !!!

 

splendid 34

 

Pendant l'ascension de la colline nous passons devant  l'Odéon d'Hérode Atticus.

 

splendid-35.JPG

 

Il commence déjà à faire chaud et la montée à l'Acropole est rude...

 

splendid 36

 

En contre bas, le temple d'Héphaïstos,  relativement bien conservé, dans son écrin de verdure.

 

splendid 37

 

Le Parthénon, en travaux de restauration.

 

splendid 38

 

Le temple d'Erechthéion

 

splendid 39

 

et son célèbre portique des Caryatides, jeunes filles drapées ...

 

splendid 40

 

De certains temples il ne reste plus grand chose même quand les murs ont été restaurés.

 

splendid 41

 

Au loin se dresse le mont Olympe. Rien à voir avec Olympie où nous étions hier !

 

splendid 42JPG

 

A nos pieds, la ville d'Athènes.

 

splendid 43

 

En redescendant nous découvrons l'Odéon d'Athènes.

 

splendid44

 

C'est l'heure de nous séparer de notre fidèle compagnon d'Acropole !

 

splendid 45

 

Dans la descente des morceaux de frise de  temple sont exposés.

 

splendid 47

 

Nous entrons dans Athènes.

 

splendid 48

 

Le stade olympique de la ville d'Athènes. Remarquez les anneaux en haut, au centre; Les gradins sont en marbre...mais il n'y a aucune couverture pour protéger les spectateurs de la pluie et surtout du soleil !

 

splendid 49

 

Le Parlement grec

 

splendid 46

 

Les gardes en tenue traditionnelle : les evzones au moment de la relève de la garde.

 

splendid 50

 

La moderne Académie.

 

splendid 51

 

De retour sur le Splendida nous avons vu passer ce drôle d'insecte mécanique : un hydroglisseur.

 

splendid 52

 

Le pilote grec arrive : le départ est proche.

 

splendid 53

 

Cette fois nous sommes sortis du port du Pirée.

 

splendid 54

 

Le soleil se pose à l'horizon, c'est l'heure d'aller se coucher. Demain sera un autre jour...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 06:00

 

velo-2-.jpg

 

Bientôt un mois que Paulette vivait un rêve éveillé . Mais ce matin , une agitation inhabituelle régnait dans le domaine . Gerda nettoyait et rangeait …et dans les chambres , des valises firent leur apparition . Les enfants expliquèrent à Paulette que leur père ne pouvait pas laisser plus longtemps la clinique aux mains de son second et qu’il ne voulait pas non plus être privé de leur présence donc ils repartaient pour la ville en espérant revenir quelquefois en week-end . Le cœur de Paulette se serra et le lendemain ce fut avec des larmes dans les yeux qu’elle vit s’éloigner la longue voiture noire qui emmenait ses amis , aussi tristes qu’elle …et Robinson ! A pas lents elle traversa le chemin qui menait chez elle , entra dans la vaste pièce à vivre . Yvonne s’y trouvait et bien qu’elles ne se soient pas vues depuis presque quatre semaines , elle ne dit pas un mot , montrant d’un geste théâtral la chaise où Paulette était de nouveau condamnée à rester droite , sans bouger .

 

Victor semblait avoir compris la détresse muette de Paulette . Un dimanche matin , au cours du petit déjeuner matinal , il se tourna vers Yvonne , osant déroger à la règle en vigueur qui était : «  On ne parle pas en mangeant !  »

_ «  Ecoute , dit-il à Yvonne , ma jeune sœur vient d’avoir son troisième enfant et j’aimerais bien aller la voir . Qu’en penses-tu ?

_   ……..

_ Tu vois de temps à autre ton demi frère Francis et je trouve cela tout à fait normal . Pourquoi ne pas aller voir ma sœur ?

_ Mais elle habite trop loin !

_ Elle habite à trente kilomètres . Je ne te l’ai jamais demandé auparavant car avec Paulette c’était risqué mais à présent elle roule très bien en vélo et elle est devenue suffisamment résistante , je ne vois pas où est le problème .

_ Si tu y tiens , je veux bien faire un essai , mais si quelque chose ne va pas tu seras responsable !

_ Mais oui , bien sûr !  » soupira Victor .

Et un matin très tôt ils se mirent en route . Yvonne était toujours contrariée par la longueur de la route . … et surtout parce qu’elle allait peut-être croiser une automobile ! Ces voitures sans cheval qui passaient à vive allure dans un bruit d’enfer la terrifiaient . Et certains gros propriétaires terriens commençaient à en posséder . Ce qui devait arriver arriva . On entendit au loin une pétarade qui allait en s’amplifiant . Yvonne voulait descendre de bicyclette , Victor lui conjurait de garder sa droite tout en continuant à pédaler … Mais bientôt Yvonne s’immobilisa , un pied de chaque côté du vélo en hurlant qu’elle était en panne et que son vélo refusait d’avancer . Victor s’assura que Paulette , descendue elle aussi , était bien rangée le long du trottoir et se dirigea vers Yvonne . Il ne mit pas longtemps à comprendre ce qui s’était passé : prise de frayeur , Yvonne avait violemment serré les deux freins , d’où l’immobilité du vélo . Il lui fallut un moment pour décrisper Yvonne , après lui avoir parlé doucement et lui avoir fait constater qu’il n’y avait plus de voiture en vue ils purent reprendre la route , l’oreille aux aguets cependant....

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lesvoyagesetmoi
  • : Aimer voyager c'est aussi aimer partager. Mais je voudrais aussi vous parler de mes coups de coeur ...
  • Contact

Hellocoton

a href="http://www.hellocoton.fr/mapage/petitgris" title="Suivez-moi sur sur Hellocoton">Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Petitgris sur Hellocoton

Recherche