Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 18:00

Spit-00.JPG

 

Toute une journée en mer de Barentz : ça remue pas mal !!  Les mauvaises nouvelles pleuvent : en raison de la présence d'icebergs dérivants nous ne pouvons descendre à Magdalena...nous nous rendrons donc dès le matin à Ny Alesund . Ok

 

Spit 01

 

A bord, il a fallu vider toutes les piscines et tendre le filet de protection ...

 

spit 02

 

spit 03

 

Mais cela n'empêche pas les habitués de faire leur gym ou leur cours de danse.

 

spit 04

 

Cette fois le paysage enneigé du Spitzberg est en vue !

 

spit 05

 

Nous arrivons à distinguer les glaciers.

 

spit 06

 

Nous passons au large d'une partie rocheuse moins enneigée.

 

spit 07

 

Mais bientôt la neige réapparaît , on suit même des yeux un fleuve de glace !

 

spit 08

 

Cette fois nous approchons de Ny Alesund et déjà les instruments de mesure des scientifiques sont visibles.

 

spit 09

 

C'est une antenne-télescope qui leur permet de communiquer avec les satellites en passant au-dessus du pôle.

 

spit 10

 

Petit iceberg en vue...pas trop méchant celui-là !

 

spit 11

 

La lumière et la réverbération sont très fortes ...

 

spit 12

 

Wouais !!! La première chaloupe amène les croisiéristes à terre. Nous avons la chaloupe 16...il faut attendre. Et pourtant nous sommes dans les premiers !

 

spit 13

 

Ce glacier-là est bien vivant puisqu'il va encore dans la mer....ce qui n'est plus le cas pour pas mal d'entre eux vus dans le Kongsfjord cette nuit !

 

spit 14

 

Là, le front du glacier est au ras de l'eau...

 

spit 15

 

Instant émotion : nous avions tous cru voir un ours blanc ! Vérification à la jumelle : c'est un bloc de glace !

 

spit 16

 

Cette fois cela va être notre tour , il va falloir embarquer dans les chaloupes. Ces petites embarcations sont prévues pour....150 personnes. Je demande à voir ! Ils les empilent ou quoi ?

 

spit 17JPG

 

Encore un regard depuis le pont du bateau...

 

spit 18JPG

 

Mais c'est quoi ça ? Ils ne vont quand même pas nous faire ça au moment d'embarquer ?

 

spit 19

 

Ouf ! Nous sommes à bord de la chaloupe et tout va bien. En approchant du point de débarquement nous observons cette goëlette et surtout son nom " la malouïne " ! Des français de St Malo !!!

 

spit 20JPG

 

Le petit port de Ny Alesund avec les canots et zodiacs des scientifiques.

 

spit 21

 

ça y est !  J'ai posé le pied sur le Spitzberg !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 06:00

Ardennes-.JPG

 

 

Pourtant la santé de Fernand se dégradait et il commençait à demander des soins . Pour ne pas imposer à Paulette des grandes vacances mornes et peu réjouissantes , Victor accepta que Paulette parte en colonie de vacances pendant le mois où le Dr Dubourg serait reparti à Tourcoing . Paulette continuait à passer du bon temps en compagnie de Chantal et Bernard et dormait encore chez eux de temps à autre . Parfois ils recevaient des amis , de grands médecins , des savants , des chercheurs . Paulette ne voulait pas gêner et rentrait chez elle . Mais depuis que Chantal l’avait trouvée en larmes , assise sur le seuil de sa maison devant la porte fermée parce que ses parents , qu’elle était partie rejoindre dans le grand jardin derrière la maison où ils arrachaient les pommes de terre , n’avaient rien voulu écouter et lui avait jeté un «  Fous le camp !  » définitif , depuis ce jour donc , Mme Dubourg avait insisté pour que Paulette soit de toutes les réceptions . C’est là qu’elle apprit à manger la pâtisserie avec une petite fourchette . Mais le mois passait trop vite , à peine avait-elle réalisé que Nicole était mariée , que Jean René travaillait comme interne dans les hôpitaux et que Françoise projetait d’épouser un éleveur de moutons de Nouvelle Zélande avec qui elle avait décidé d’aller vivre . Le trio pensait toujours à jouer et à taquiner Nanou et Martine toujours aussi pleurnichardes . Lorsque le séjour de la tribu diminuée prit fin , les ados firent promettre à Paulette de raconter comment cela se passait en colonie de vacances . La valise pour les trois semaines fut rapidement faite . Un bus attendait les vacanciers à Valenciennes . Les adieux furent brefs , Yvonne recommanda à Paulette d’être toujours polie envers les moniteurs et le bus les emmena à Haybes sur Meuse dans les Ardennes . Le coin était vallonné et reposant . Paulette découvrit le dortoir commun , les douches collectives et le réfectoire bruyant . Elle était la plus âgée du groupe et la monitrice lui donnait quelques responsabilités ce qui enchantait Paulette . Les journées furent essentiellement consacrée à des marches dans la nature et Paulette les appréciait beaucoup  . Elle se régala d’apprendre la photo contact et la confection de petits objets en pâte à papier . Le jour du retour arriva alors qu’elle se croyait encore au début du séjour . A Valenciennes elle aperçut Yvonne qui attendait au milieu des autres parents . Sitôt l’arrêt du bus , la mère se précipita sur la monitrice pour lui demander comment s’était comportée sa fille . Fatiguée sans doute et aussi passablement surprise , la dame , soulagée des responsabilités qui avaient été les siennes pendant vingt et un jours lui montra Paulette du doigt et dit : «  Mais votre fille est là , posez lui la question , elle vous le dira mieux que moi !  » Les autres parents avaient récupéré leur progéniture qu’ils couvraient de baisers entre deux questions . Paulette fut attrapée par la main par une Yvonne vexée et bougon qui ne desserra pas les dents de tout le trajet du retour . Rien n’avait changé en l’absence de Paulette …Pourtant , le décès de Fernand fit perdre à Paulette un allié dont elle ressentit longtemps l’absence !

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 18:00

trom 13

 

Revenons du côté du vieux port...

 

trom 14

 

Une maison avec à droite Amundsen et à gauche un petit phoque. Tout à gauche, à terre, une ancre. Cette maison traite la pêche et la chasse aux phoques et à la baleine !

 

trom 15

 

D'ailleurs voici quelques canons-harpons pour la chasse à la baleine .

 

trom 16

 

Le musée polaire bâti sur pilotis.

 

trom 17JPG

 

Vous l'avez reconnu ?

 

trom 19

 

A la porte du musée.

 

trom 18

 

Les plaques d'égoût dans les rues sont décorées de rennes.

 

trom 20

 

Les voitures aussi !

 

trom 21

 

Une autre statue de marin...toujours surmontée de sa mouette !

 

trom 22

 

L'après midi, c'est le marché aux fleurs.

 

trom 23

 

Un petit marché aux vêtements se tient un peu plus loin, sur la place entourée de bancs vue hier.

 

trom 24

 

Si, si Tromso l'été est touristique, il a son petit train !

 

eglise-tromso.JPG

 

La cathédrale protestante était obstinément fermée...nous sommes tombés en ville sur cette inscription sur une porte : église catholique.

 

église

 

Hésitants, nous avons poussé la porte...pour entrer dans une jolie salle très claire !

 

trom 25

 

Un petit square avec un kiosque et la statue du roi Haakon.

 

trom 26

 

Devant un magasin de souvenirs, cet ours blanc qui fait vraiment peine à voir ! Pour une première rencontre, j'aurais préféré carrément en carton-pâte !

 

trom 28

 

Revenus sur le bateau, la ville nous apparaît colorée à flanc de colline.

 

trom 29JPG

 

Bon, maintenant je sais pourquoi mouettes et goélands tournoient sans cesse autour du bateau : les croisiéristes les nourissent !

 

trom 30

 

Voilà les derniers bus qui ramènent les excursionnistes, nous allons bientôt partir. Ah oui, si vous prenez un bus de ville, un taxi et que pour une raison X vous êtes en retard, le bateau part et ne vous attend pas. Si c'est une excursion achetée sur le bateau qui a du retard, le bateau est obligé de vous attendre!

 

trom 31

 

Et nous sommes partis, bientôt Tromso ne devient plus qu'un petit point à l'horizon...le Spitzberg nous attend !

 

trom-00.JPG

 

En partant,  nous passons devant ce champ d'éoliennes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 06:00

tabac-1-.jpg

 

 

La composition de géographie fut honorable et le reste de l’année scolaire sans problème majeur . Paulette avait confié la demande de Robert à son amie de collège , Maryse . Celle-ci , finaude , lui dit que c’était sûrement pour parler mariage que Robert était venu et que c’était normal , Paulette faisait plus que son âge et les garçons ne manqueraient pas de lui tourner autour . Pour éviter ce genre de situation, Paulette décida de maigrir . Elle entreprit donc de jeter régulièrement la gamelle du midi au lieu de la manger . Bien sûr , au bout de quelques semaines , Yvonne s’aperçut du changement de silhouette de sa fille et se douta de quelque chose . Aux grands maux les grands remèdes : Paulette eut droit à une consultation payante chez le Dr marié-malgré-lui . Celui-ci avait été prévenu par Yvonne du but de la visite , il essaya donc de convaincre Paulette de remanger normalement tout d’abord pour ne pas inquiéter Yvonne , une maman qui n’avait que sa fille au monde …il vit bien que Paulette n’était pas convaincue et parla alors des études , impossible de continuer à étudier si Paulette ne mangeait pas car elle deviendrait trop faible . Il avait vu juste l’argument avait porté et Paulette remangea …tant pis pour les garçons ! Mais ce qui avait poussé Yvonne à agir vite était sur un tout autre plan , c’était à cause du corset ! Fernand fumait la pipe et ne voulait que du tabac belge .. ce qui n’était pas du tout autorisé par les douanes . Victor avait alors demandé à Yvonne d’aller en chercher dans le petit magasin frontalier . Il faudrait bien sûr le dissimuler parfaitement car les douaniers fouillaient non seulement les sacs mais pouvaient aussi faire appel à une femme pour fouiller sous les vêtements . C’est tout au moins ce que racontait Suzanna .. Donc il fut décidé que Paulette ferait partie de l’expédition . Elles partaient en vélo , un petit sac léger accroché au guidon . La route macadamisée qui passait devant l’atelier du maréchal ferrant d’où s’échappaient des odeurs de corne brûlée , faisait bientôt place à un petit chemin de terre bordé de chaque côté par les hautes tiges du blé et du maïs avant de longer un petit cours d’eau appelé très justement «  le courant noir  » car les eaux qu’il charriait étaient très sombres . Les herbes folles y étaient abondantes et très hautes , elles fouettaient le visage des cyclistes . Puis il fallait traverser la rivière sur une passerelle métallique de soixante centimètres de large pas plus . Effrayée , Paulette avait d’abord pensé passer le pont à pied mais il n’était pas sensé espérer passer avec le vélo à la main . Il fallut donc serrer les dents et passer en roulant prudemment , la roue bien au milieu de la passerelle . Encore une centaine de mètres entre les hautes herbes et Paulette arriva au petit magasin «  chez Zoé  » . Les propriétaires avaient aménagé dans une pièce de leur logis des étagères où s’entassait tout ce dont les frontaliers français avaient besoin .Au fond du comptoir , une énorme presse intrigua Jeanne mais très vite elle comprit : Yvonne commença par demander les paquets de tabac de Fernand , Zoé les plaça sur le plateau de la presse et en tournant la crémaillère , les aplatit le plus possible . Puis Yvonne continua sa commande : café , sardines … Elles discutaient tout en réglant la commande . Inquiète , Paulette ne voulut pas partir sans le tabac de son grand père . C’est alors que Zoé desserra l’étau qui maintenait le tabac , Yvonne prit les paquets aplatis à l’extrême et entraîna Paulette dans l’arrière boutique . Sans commentaire , Yvonne lui enjoignit de relever sa robe et lui glissa deux paquets dans le corset . Voilà donc pourquoi elle avait tant insisté pour que Paulette porte cet engin de torture ! Yvonne fit la même chose sur elle et elles ressortirent , prirent congé de Zoé et firent le chemin inverse . Tout en roulant , Yvonne sermonna Paulette : il ne faudrait jamais dire qu’elles avaient du tabac , jamais ..surtout pas aux douaniers . Paulette était morte de peur et fut soulagée lorsqu’elles furent rentrées . Cette expédition avait lieu environ deux fois par mois , c’est toujours avec appréhension que Paulette voyait arriver le moment fatidique . Mais elles ne furent jamais fouillées et Fernand fuma son tabac préféré .

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 18:00

trom-00bis.JPG

 

Nous franchissons symboliquement le cercle polaire: parallèlle 66°33' de latitude Nord. A cette occasion une fête est organisée autour de la piscine principale du bateau. Musique et animareurs très motivés pour faire une chenille endiablée. Prudente comme toujours, j'étais restée en retrait, attendant de voir comment ça se passait ! Le baptême consistait à recevoir , lorsque la chenille vous amenait devant les "lapons" , un glaçon dans le dos. Sourire assuré : photographes et caméramen étaient à pied d'oeuvre ! 

 

trom 00

 

Gros temps pour la nuit : la mer est cependant restée calme .

 

trom 01  Au petit matin la ville de Tromso est en vue. Ce que nous voyons surtout c'est le long pont qui relie les deux parties de la ville.

 

trom 02

 

Au loin, les pistes d'entraînement pour le saut à ski.

 

trom 03

 

La statue de l'homme le plus célèbre en Arctique : Amundsen, l'homme qui attint les deux pôles.

 

trom 04

 

La cathédrale de Tromso est de style néogothique. Construite en bois elle fut achevée en 1861. C'est la cathédrale protestante la plus nordique du monde.Elle resta obstinément fermée toute la journée !

 

trom 05

 

Devant la cathédrale, un petit parc avec une statue  ...très appréciée des mouettes !

 

trom 06

 

Une des rues commerçantes.

 

trom 07

 

Un très vieux quartier de cette capitale nordique.

 

trom 08

 

Une grande place entourée de bancs . Au premier plan,  un bel arbre aux fleurs jaunes qui pendent comme des grappes.

 

trom 09

 

Dans l'autre partie de Tromso, la cathédrale de l'Arctique construite en 1965. Elle fut destinée par Jan Inge Hovig. Ses matériaux de construction sont principalement le béton. Sa couleur blanche la rend visible de loin. On la surnomme " l'opéra de Tromso" clin d'oeil à Sidney. Elle est considérée comme église paroissiale à Tromso...

 

trom 09JPG

 

Le port de Tromso

 

trom 10

 

Les quais du port de Tromso

 

trom 11

 

La promenade le long des quais du port continue ...trom 12JPG

 

Une statue de rue représentant un valeureux marin...souvent visité par les mouettes lui aussi !           ( à suivre )

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 06:00

soldat en uniforme militaire[1]

 

 

Tout à coup , on frappa à la porte . Surprise , puisqu’elle n’attendait personne , Yvonne alla ouvrir . C’était le frère de Georgine , l’amie de toujours de Paulette . Paulette l’avait parfois vu lorsqu’elle allait chercher Georgine mais , plus âgé qu’elles , il ne leur adressait jamais la parole .Tout d’abord elle ne l’avait pas reconnu . Il effectuait son service militaire et était vêtu du bel uniforme kaki . Ne comprenant pas l’objet de sa visite , mais polis , les parents de Paulette l’invitèrent à s’asseoir . Il commença par expliquer que son service dans l’armée était presque terminé et qu’il avait obtenu une permission exceptionnelle pour le mariage de son frère aîné . D’ailleurs il avait la main gauche bandée et dut avouer à Victor qu’un pétard du mariage avait éclaté trop tôt , lui brûlant la main . Et tout à coup , il devint très rouge et dit très vite : «  Je suis venu vous demander la permission de fréquenter Paulette  » Le silence dans la pièce devenait pesant , Paulette qui avait entendu , se demandait ce qui se passait et ce que voulait dire « fréquenter ». Ce fut Victor qui prit la parole : «  Savez-vous qu’elle n’a pas encore ses quatorze ans ?  » Yvonne enchaîna , car elle voulait savoir : «  Vous en aviez parlé avec elle ? Qu’en pense-telle ? » Robert avoua qu’il savait que Paulette était jeune , qu’il la connaissait bien puisqu’elle était la grande amie de sa sœur et il confessa avoir longuement interrogé Georgine à son sujet mais compte tenu de son âge et de la sévérité de ses parents , il avait jugé plus convenable de faire sa demande aux parents avant d’en parler à la jeune fille . Bouche bée , Yvonne ne savait plus quoi dire et décida de passer le relais à Paulette . Celle -ci n’avait pas tout compris et lorsque Robert lui demanda si elle acceptait de sortir avec lui , de se parler , de se promener ensemble …. toute à ses préoccupations du moment , elle s’entendit répondre qu’elle n’avait pas le temps car elle devait réviser sa composition de géographie pour demain . Devant les trois visages ébahis , elle crut devoir ajouter qu’il fallait bien qu’elle réussisse ses études si elle voulait devenir une sœur-institutrice . Cette précision mit fin à l’entretien . Robert partit et Paulette assista alors à un grand numéro de Yvonne : la pauvre mère qui s’était saignée, suant sang et eau pour donner à sa fille unique une belle situation , lui laisser une grande maison en héritage et en récompense la voir partir s’enfermer dans un couvent avec le clergé qui ne manquerait pas de mettre la main sur tous les biens qu’elle possédait ! Il fallut à Victor plus de deux heures pour la calmer un peu . Puis Victor parla à Paulette: _ «   Si tu as la vocation , je ne t’en empêcherai pas , mais il faudra en reparler quand tu seras plus âgée . Pour l’instant continue tes études , tout au moins jusqu’au Bac et nous reparlerons alors de tout cela . Pour l’instant ne dit plus rien à ta mère .  » Lorsque Fernand revint , Yvonne boudait , Victor terminait ses comptes et Paulette avait bien avancé dans ses révisions

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 18:00

fj 16

 

Nous voici à terre. Nous abandonnons notre ville flottante pour découvrir notre première ville norvégienne.

 

fj 17

 

La petite église en bois au milieu de son cimetière est toute mignonne.

 

fj 19

 

Nous la contournons et...elle est ouverte !!!

 

fj 18

 

Elle est de culte protestant. Il y a un balcon mais je n'ai pas su qui y allait : les femmes ou au contraire les hommes pour regarder dans le décolleté des femmes restées en bas. lol  ( en Islande c'est ce qui nous avait été dit ! )

 

fj 20

 

J'ai beaucoup aimé les coquettes maisons ...mais jamais de volets !

 

fj 21

 

Quelques boutiques et bars...

 

fj 22

 

Incontournables souvenirs : les trolls , tous plus laids et méchants les uns que les autres !

 

fj 23

 

Certaines boutiques ont conservé le toit de terre herbeuse qui garanti une excellente isolation !

 

fj 24

 

Notre chaloupe nous attend, il faut penser à remonter à bord !

 

fj 25

 

Cette fois nous étions du bon côté pour voir les " 7 soeurs " !

 

fj 26

 

Nous allons sortir du fjord ...donc quitter ses eaux calmes !

 

fj 27

 

La soirée est bien avancée et nous longeons les côtes norvégiennes en direction de Tromso ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 06:00

bisetZ.jpg

 

 

Un dimanche après midi , Fernand était allé chez des amis à lui fumer sa pipe tout en papotant . Il se régalait d’évoquer le temps passé , surtout la guerre : les combats , la vie dans les camps de prisonniers , le dur labeur dans la carrière de pierres sous la menace du fouet , les tentatives d’évasion … Pendant ce temps , Victor mettait à jour les carnets de ses pigeons . Il y avait eu un lâcher très tôt le matin depuis Angerville et bien sûr ce fut à l’heure du déjeuner que les volatiles décidèrent de rentrer au colombier . Victor suivait les renseignements que fournissait très régulièrement la radio et guettait le retour de ses héros , assis sur un petit tabouret dans un coin de la cour . Dès que l’arrivée semblait imminente il vérifiait que tout était prêt pour les accueillir et qu’il avait revêtu la bonne tenue : béret et veste de toile bleue qui étaient familiers aux pigeons afin de ne pas les perturber ni les effrayer . Lorsque le premier était visible , petit point dans le ciel , vite Victor courait au colombier où il se mettait à siffler doucement . Sa hantise était que l’animal ne «  fasse du toit » : quelle perte de temps ! Sitôt que le pigeon passait par la trappe du toit , Victor le prenait avec précaution pour lui enlever la bague de caoutchouc qu’il lui avait passé à la patte la veille . Il posait l’oiseau près de sa femelle ( il les avait séparés quelques jours : c’était le veuvage  ) et tandis qu’ils roucoulaient , heureux , Victor laissait tomber la bague dans la grosse fente du constateur et abaissait d’un coup sec le petit levier .

 

constateur1-.jpg

Cet appareil était une horloge qui indiquait l’heure précise à laquelle la bague était entrée . C’était très sérieux , chaque appareil devait être vérifié au moment de l’enregistrement des pigeons afin qu’il n’y ait pas de tricherie car ces boules de plumes qui partaient serrées les unes contre les autres dans des paniers de fil de fer étaient l’objet de paris , les propriétaires misaient sur leur oiseau comme le font de nos jours les parieurs des courses de chevaux ! Lorsque les pigeons étaient revenus , et ils revenaient toujours tous …quelquefois même avec des copains . Là c’était galère car Victor devait les rendre aux organisateurs qui relevaient le numéro de la bague , recherchaient les coordonnées du propriétaire qui était prévenu par le siège colombophile que son adepte de l’école buissonnière l’attendait chez Victor . Ce jour là il n’y eut pas d’invité surprise . Victor prit donc son constateur et alla le déposer au siège . Une fois de plus ses protégés étaient les premiers et une fois de plus le président fit remarquer à Victor qu’il aurait dû miser gros . Mais Victor jouait pour le plaisir de soigner ses pigeons et de les voir triompher , sa petite cagnotte lui suffisait . C’est donc tout heureux qu’il était vite rentré à la maison , refusant comme d’habitude de s’attarder au bar avec les autres . Il était en train de tenir à jour les performances de ses préférée , le « biset » , le « blanc couteau  » , notant même la nourriture qu’il leur servait pendant que Yvonne bavardait intarissablement , racontant les potins du village, surtout les grands malheurs , tout en ravaudant les paires de chaussettes de la famille . Paulette , assise à sa table de travail , la tête dans les mains , révisait sa géographie pour la composition du lendemain .

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 18:00

Après une journée en mer , nous voici sur le pont dès 8h le matin. Nous entrons dans le fjord de Hellesylt.

 

fj-00.JPG

 

L'eau est calme et le silence impressionnant. Des vapeurs montent des rochers...nous entrons dans un monde magique !

 

fj 01

 

Sur les parois les cascades sont nombreuses...

 

fj 02

 

Nous voici au fond du fjord de Hellesylt . Nous allons nous y arrêter pour permettre à ceux qui ont choisi de faire l'excursion jusqu'à la prochaine escale en bus , de descendre.

 

fj 03

 

La cascade qui se déverse devant nous est superbe.

 

fj 04

 

Comme souvent dans les pays nordiques, le terrain de camping remporte un franc succès !

 

fj 04JPG

 

La cascade bouillonnante ne crée même pas de remous sous le pont !

 

fj 05

 

En bas à gauche, les excursionnistes qui ont choisi le bus commencent à descendre...Nous avons la chance d'être à quai !

 

fj 06

 

Pendant ce temps un ferry norvégien charge véhicules et passagers.

 

fj 07

 

Nous ne sommes pas les seuls, le paquebot TUI vient d'arriver et chez lui la descente doit se faire en chaloupe.

 

fj 09

 

Nous quittons Hellesylt...

 

fj 10

 

Sur l'autre versant les cascades sillonnent les flancs...

 

fj 11

 

Nous entrons dans le fjord de Geiranger.

 

fj 11JPG

 

Aïe ! Nous sommes du mauvais côté du bateau pour admirer les " 7 soeurs" ...y penser au retour !!! Ces cascades sont les plus célèbres du fjord et liées à une légende.

 

fj 12

 

Ohhh,  comme ils sont petits !

 

fj 13bis

 

Nous ne sommes pas les premiers ! Eux aussi ont la descente en chaloupe !

 

fj 14 

Et voilà le fond du fjord. La petite ville de Geiranger est devant nous ! Elle a aussi sa cascade fougueuse !

 

fj 15

 

Fougueuse je vous disais ...Mais là il faut que je vous laisse. La chaloupe m'attend pour descendre à terre....

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans voyage
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 06:00

imagesCA82ALVM.jpg

 

La professeur de français était également prof de dessin.Mais elle préférait fignoler les leçons de français et avait opté pour une méthode assez singulière pour apprendre le dessin à ses élèves. Elle avait en sa possession toute une série de fiches expliquant la perspective à l'aide de rayons qui partaient de l'objet-modèle  jusqu'à la réalisation du dessin. Elle faisait tourner les fiches et chaque semaine les élèves devaient ramener leur grand cahier de dessin sur lequel elles avaient reproduit ( sans décalquer : formellement interdit ! ) la fiche complète : modèle / rayons / dessin.  Le cahier était noté régulièrement.

Ces dessins, Paulette les reproduisait d'abord avec un crayon gris bien taillé et une jolie règle en plastique. Elle avait fini par obtenir cet objet de luxe après avoir fait constater par pépère puis Victor que la vieille règle en bois était un peu vrillée et qu'il lui était impossible de rendre des dessins impeccables. Lorsqu'elle était sûre du résultat, elle les repassait à l'encre de Chine. Cela rendait très bien et elle était fière du résultat...

Un jour que Paulette avait rendu son cahier, elle vit la prof. parler à voix basse avec la directrice et, Paulette en était sûre, leurs regards convergèrent vers elle à plusieurs reprises. A la fin du cours Mme Herbin la directrice reparut et lança " Paulette, vous passerez à mon bureau ce soir !"  Ouille!!! que se passait-il donc ?  Paulette attendit donc fébrilement l'heure de la sortie et se dirigea, le coeur battant à tout rompre, vers le bureau directorial  sous les regards inquiets de ses compagnes de classe.  La prof. était assise dans le coin sombre du bureau, ce fut la directrice qui prit la parole :

"- Nous savons tout ! Ma question est donc : depuis quand fumez-vous ?

Interloquée, Paulette resta bouche bée, ne trouvant rien à répondre et surtout réfléchissant à toute allure : comment le collège pouvait-il être au courant des récréations  saindoux / petitgris d'avec pépère ??? Fort heureusement Mme Herbin continua : " ne niez pas, cela fait plusieurs semaines que vos cahiers vous trahissent : ils empestent le tabac petite malheureuse !" Tilt !!! Mais bien sûr, tout devient clair... Et Paulette d'expliquer que son pépère l'admire et que son passe-temps favori est de venir la voir travailler sur ses cahiers ...tout en fumant sa pipe qu'il avait pris l'habitude de bourrer généreusement. Ces dames m'ont crue tout de suite et sont parties d'un grand éclat de rire . " Ne changez rien et ne privez surtout pas votre grand père de son plaisir favori "!

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lesvoyagesetmoi
  • : Aimer voyager c'est aussi aimer partager. Mais je voudrais aussi vous parler de mes coups de coeur ...
  • Contact

Hellocoton

a href="http://www.hellocoton.fr/mapage/petitgris" title="Suivez-moi sur sur Hellocoton">Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Petitgris sur Hellocoton

Recherche