Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 07:00

dessin du Net

 

 

jardin2-.jpg

 

 

Victor avait dû , comme Yvonne , quitter l’école dès son certificat d’études en poche , à l’âge de 12 ans . Orphelin de mère , il avait élevé sa petite sœur responsable involontaire de la disparition de la jeune accouchée : la médecine de l’époque n’avait pas encore atteint les campagnes reculées ! Le père n’avait pas su réagir positivement et noyait régulièrement son chagrin au comptoir du petit estaminet situé juste à la sortie de la mine où il travaillait . Victor avait acquis très tôt le sens des responsabilités et son diplôme du CEP en poche , il se présenta crânement dès l'âge de 12 ans à la mine pour se faire embaucher et gagner ainsi de quoi se nourrir , sa sœur et lui . Son courage , son sérieux et son organisation du travail lui valurent de grimper les échelons et d’être bientôt l’un des plus jeunes porions ( entendez contremaître ) de la mine . Sans être énorme , sa paye lui permettait donc de vivre correctement avec Yvonne . De plus , leur petite maison possédait un beau jardin qu’il se régalait de cultiver , alliant ainsi le bonheur de respirer l’air pur après la poussière de charbon des galeries souterraines et la fierté de pouvoir offrir à Yvonne de superbes légumes qu’elle lui cuisinait sans entrain.

Sous les combles , il avait aménagé un colombier où roucoulaient de superbes pigeons voyageurs qui commençaient à arriver dans les premiers lors des concours de lâcher…Yvonne traînait sa mélancolie en nettoyant à fond la maisonnette sobrement meublée , en lavant au baquet le linge du couple et en le repassant avec des fers de fonte qu’elle faisait chauffer sur le poêle à charbon . Elle cousait aussi , raccommodait souvent et tricotait parfois . Elle allait faire les courses au centre du village , pédalant sur sa bicyclette pendant le bon kilomètre et demi qui la séparait des quelques commerces . Elle n’achetait que le nécessaire mais ces sorties étaient surtout un prétexte pour parler avec des connaissances et se tenir au courant des potins du village . Sinon , elle aidait les fermiers qui lui louaient la maisonnette . Lors du grand nettoyage du samedi elle leur lavait les vitres et savonnait à fond leurs carrelages qu’elle rinçait à grand renfort de seaux d’eau et qu’elle essuyait d’abord à la raclette avant de finir à quatre pattes avec la serpillière . Cela lui valait une livre de beurre bien jaune …et l’amitié de la fermière .

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

alexandra 12/03/2013 11:15

Cela donne à réfléchir sur nos conditions de vie actuelles...

Petitgris 12/03/2013 11:46



Tant de choses ont changé en si peu de temps   Bises



Sylvie 11/03/2013 17:05

Tu dépeins aussi la vie de nombreuses personnes d'une époque pas si lointaine. Une vie plus difficile mais qui pouvait aussi être très heureuse. Bises

Petitgris 11/03/2013 20:50



Des amis de mes parents avaient exactement la même vie et ils étaient heureux !   Bises



Dhelicat 11/03/2013 09:07

Victor faisait tout clé qu'il pouvait pour lui offrir une vie heureuse,mais lui son bonheur? Bises

Petitgris 11/03/2013 10:12



Son bonheur était de faire celui des autres !   Bises



Oscara 10/03/2013 22:12

Comme j'aime ces histoires et ces portraits d'hommes et de femmes avec des valeurs. J'aime aussi ta façon de raconter qui donne un vrai sens à leur vie.

Petitgris 10/03/2013 22:48



Merci Oscara !   bises



Sylvie, Enfin moi 09/03/2013 22:22

Une vie simple mais vrai
Bisous

Petitgris 09/03/2013 22:40



C'était le vie de tout le villege ...  Bisous



Marie-Anne 09/03/2013 15:38

Je pense que c'est une vie simple donc pas trop compliqué qu'offrait Victor à Yvonne, pas le Pérou, mais à cette époque, les choses étaient comme cela, je me rappelle les fers en fonte chez ma
grand-mère, et la lessive dans des grandes cuves et elles faisaient bouillir le blanc. On allait encore chercher l'eau à une pompe à bras au bout de la rue. On se lavait dans une grande bassine, un
petit bassin sur pieds et il y avait un feu crapaud. Ce n'était pas si triste que cela, je l'ai encore connu, jusque l'âge de 10 ans. Cette vie avait un charme que l'on a plus aujourd'hui. Bises et
bon début de soirée Paulette.

Petitgris 09/03/2013 16:40



Cette vie était aussi la vie de toutes ses amies, je peux t'assurer qu'elle n'y a jamais trouvé de charme   Bon
début de soirée à toi Marie Anne  Bises



Ragnagna 09/03/2013 12:45

Le pauvre... Tu devais être son rayon de soleil comme Junior a été le tien!
J'aime bien ton papa, c'était un homme intègre et bon comme tu le racontes.

Petitgris 09/03/2013 12:53



Il reste mon modèle de référence !   Merci Aki   Bises



Armelle 09/03/2013 11:22

C'était ainsi la vie autrefois dans nos provinces et même sur Paris quoique un peu différente malgré tout. J'ai gardé les récits de mes grand-mères et j'aimais bien les entendre me parler de leur
jeunesse !
Bises et bon weekend

Petitgris 09/03/2013 11:27



Dans mon village natal la vie était ainsi et la femme qui voulait un peu de confort moderne était montrée du doigt : trahison !   Bon week end Armelle  Bises



Koalisa 09/03/2013 09:10

On oublie comme les gens avaient parfois une vie difficile! Bisous, Paulette, passe un très bon week-end!

Petitgris 09/03/2013 10:17



Ces difficultés ont perduré longtemps dans les campagnse reculées ! Merci Koalisa Passe un excellent week end 
Bisous



michel 003 09/03/2013 08:17

http://i46.tinypic.com/314otqt.gif
bon samedi a toi et les tiens bises amicales a+ michel003

Petitgris 09/03/2013 10:10



Bon samedi à toi Michel  Bises amicales



Présentation

  • : Le blog de lesvoyagesetmoi
  • : Aimer voyager c'est aussi aimer partager. Mais je voudrais aussi vous parler de mes coups de coeur ...
  • Contact

Hellocoton

a href="http://www.hellocoton.fr/mapage/petitgris" title="Suivez-moi sur sur Hellocoton">Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Petitgris sur Hellocoton

Recherche