Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 07:00

 

  fleur 9.bisjpg

 

Un mercredi ( depuis 1972 le jeudi avait été remplacé par le mercredi ) Yvonne avait enfourché son vélo pour aller faire ses courses et raconter les mensonges qu'elle avait imaginé pendant la semaine pour se faire plaindre de ses amis. Paulette en profita pour faire le ménage à fond, savonnant les carrelages, époussetant soigneusement. Elle en avait d'abord parlé à son père, lui disant qu'elle n'en pouvait plus d'être hébergée sans se rendre utile. Victor avait trouvé l'idée excellente et se réjouissait de la joie de sa femme à son retour. Tout avait été soigneusement remis à sa place et la maisonnée brillait et fleurait bon le savon. Yvonne revint, son cabas à provisions à bout de bras. Ce fut Victor tout heureux qui lui annonça la bonne nouvelle. Le visage de Yvonne devint cireux, ses yeux lancèrent des éclairs et elle lança son cabas au milieu de la pièce. Hébétée, Paulette ne pouvait détacher ses yeux du chou-fleur qui s'était écrasé sur les carreaux tout propres. Puis Yvonne poussa des cris hystériques d'où il ressortait qu'elle savait bien que Victor voulait la mettre dehors, que Paulette ne cherchait qu'à prendre sa place...Victor avait beau tenter des «  mais on a fait ça pour te faire plaisir, te soulager ! » rien n'y fit. Comme toujours ce fut Yvonne qui eut le mot de la fin «  Il te faut choisir, c'est elle ou moi ! » et Paulette se retrouva reléguée à son rôle de potiche.

La convocation pour la tentative de conciliation par devant le juge arriva cette même semaine.

Paulette avait par ailleurs obtenu une entrevue avec l'Inspecteur pour l'informer de sa situation  - au point où elle en était, que tout le monde sache ! Mais c'était surtout pour demander une affectation en urgence avec logement de fonction...elle était titulaire mais accepterait un remplacement.  L' inspecteur sut se monter humain et compréhensif mais dut annoncer que ce n'était pas possible dans l'immédiat ...ni pour l'année scolaire suivante puisque tous les dossiers avaient été bouclés. Paulette s'en doutait un peu mais maintenant elle savait. Les rares propriétaires qui louaient un logement avaient été catégoriques : pas à une divorcée...et Paulette ne pouvait trop s'éloigner, ses moyens ne lui permettaient pas d'avoir des frais de route.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petitgris - dans souvenirs
commenter cet article

commentaires

poupougnette 24/01/2013 10:36

c'est dingue! c'est quoi cette réaction! et victor qui ne dit rien! il a dû sacrément souffrir lui aussi! pas au même niveau que toi mais ça dû être douloureux...
bonne journée. bisous

Petitgris 24/01/2013 11:28



Il souffrait et me l'a dit...mais si Yvonne ne le soignait plus, il partait à l'hôpital...ou la maison de retraite ! Bonne journée  Bisous



Sylvie, Enfin moi 22/01/2013 22:47

Je suis abasourdie par tout ce que tu a du subir
Gros bisous

Petitgris 23/01/2013 10:49



J'ai un peu cumulé c'est vrai   Gros Bisous Sylvie



Oscara 22/01/2013 22:18

Incroyable la réaction de Yvonne. Et Paulette qui doit se frayer une vie dans tout ça...

Petitgris 23/01/2013 10:48



Et oui ! Bloquée par les à-prioris de l'époque en plus !  Bises



Dhelicat 22/01/2013 13:04

Oui les mentalités ont changés en mieux mais peut-être pas dans la province profonde ... S'accrocher au confort du chalet,mon ex s'est accroché 7 longues années au confort du bien commun et j'ai du
louer un petit appart pour moi et les gars puis ma fille s'est greffée à nous mais nous étions heureux et j'étais libre... Je crois que je n'aurais pas supporter retourner sous la coupe de mes
parents mais quand on ne peut faire autrement! Bon mardi PaulettE...

Petitgris 22/01/2013 13:50



La liberté, je ne l'avais jamais connue à ce jour ! Et la province profonde je ne lui dit pas merci   A Paris tu
avais pu trouver un appart !  Bon après midi Catherine  Bises



monica et la mer 22/01/2013 11:23

oui les mentalités ont changées
car j ai pu louer ( divorcée un petit studio de plein pieds ( j avais un chien ) en 1978
pourtant je n' avais pas un métier si sur que le tien
mais la proprio était aussi divorcée loll
avec une caution cà à maeché ..
mais chez Yvonne c' est galére pauvre de toi PAULETTE
bises bon mardi ..

Petitgris 22/01/2013 11:43



Merci Monica. En 1979 quand j'ai enfin porté le titre officiel de divorcée, j'étais sur Valenciennes et là la situation ne posait pas problème ! Je vivais avant dans un monde de reclus..certains
n'allaient même jamais au village d'à côté !   Bon mardi  Bises Monica



Armelle 22/01/2013 11:21

Que c'est dur à lire alors que le billet hier laissait entrevoir une issue.... Parcours du combattant comme celui que je livre depuis quelques jours avec des sociétés d'intérim qui ne songent qu'à
engraisser leurs cols blancs au détriment des ouvriers et des entreprises. Je me fais l'effet de jouer aux échecs et au poker à la fois depuis quelques jours... Le mélange est intéressant....
Bisous

Petitgris 22/01/2013 11:40



Je sais que tout le monde me dit que j'exagère mais lors de la création des sociétés d'intérim j'ai osé dire :" le trafic d'esclaves reprend ! "  Courage Armelle ! Bises



Sylvie 22/01/2013 09:08

Et finalement, combien de temps Paulette est-elle restée chez ses parents ? En lisant ces aventures, je me dis que les mentalités ont changées énormément en 40 ans...et heureusement ! Est-ce que
c'était plus simple d'être une femme divorcée dans les grandes villes en 1972 ? Bises

Petitgris 22/01/2013 11:36



J'y suis restée 4 mois environ ...une éternité quand on le vit ! j'étouffais !  J'ai divorcé en définitive en 1979 et j'étais à Anzin/Valenciennes , aucun problème là bas !  Bises



Koalisa 22/01/2013 08:32

Les mentalités ont changé heureusement! Ne pas louer à une femme divorcée avec enfant surtout dans ta situation, c'est de la non assistance à personne en danger...Bises!

Petitgris 22/01/2013 11:32



Oui, heureusement les mentalités ont aussi évolué dans les campagnes reculées !   Bises



Corinne (Couleur Café) 22/01/2013 08:31

C'est pénible de vivre avec des gens qui ne veulent voir que le côté sombre des choses !!

Petitgris 22/01/2013 11:31



Pénible, je confirme !  Bises



Dhelicat 22/01/2013 07:57

Mais et ton chalet tu pouvais pas y habiter en ayant vu le juge pour la non conciliation et André allait ses parents ils seront contents , car chez Yvonne c'est l'enfer retrouve... Vivement la
suite bisous

Petitgris 22/01/2013 11:30



Sauf que André s'accochait au confort du chalet, aucun confort chez ses parents !  Bisous Catherine



Ragnagna 22/01/2013 07:07

C'est marrant, je pensais que vous nettoyez pour emmerder Yvonne ! Vu qu'elle te faisait le coup avant que tu es ton chalet de nettoyer chez toi pour te plaindre.
Et quelle manque de veine, t'es pas aidée pour déménager ! Il aurait fallu prévenir 2 ans avant avec accusé réception pour pouvoir avoir un logement limite xD

Petitgris 22/01/2013 11:29



En fait, nous l'avons emmerdée sans le vouloir !   Savoir anticiper les évènements...pas toujours possible dans
la vie !   Bon mardi  Bises